Lecture via Spotify Lecture via YouTube
Accéder à la vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Vous scrobblez depuis Spotify ?

Connectez votre compte Spotify à votre compte Last.fm et scrobblez tout ce que vous écoutez, depuis n'importe quelle application Spotify sur n'importe quel appareil ou plateforme.

Connexion à Spotify

Ignorer

Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Wiki

Core

Une jolie petite énigme… c'est ainsi que l'on pourrait décrire Norazia, artiste découverte au détour d'un premier album en Occident, étrange et unique en son genre, "Cinnamon Cassia". Voix angélique, univers électro teinté de world à moins que ce ne soit l'inverse, percussions rapportées d'Indonésie, son pays d'origine, chansons évoquant les racines, l'enfance, la magie : un cocktail inclassable et irrésistible qui avait réchauffé l'hiver 2003-2004.
Et depuis, plus rien. Ou presque. Un concert par-ci, par-là où les initiés venaient savourer de nouveaux morceaux distillés au compte-goutte et constater que Norazia évoluait en toute subtilité, s'affirmait aussi en tant qu'artiste sans perdre son originalité.

"Core", son deuxième album, ne va pas résoudre l'énigme, au contraire. Derrière un titre tout simple qui en dit long (core signifie aussi bien noyau, essence, que cœur, âme ou moelle), Norazia lève un coin de voile sur son univers. On y retrouve ce qui nous avait troublé et charmé sur "Cinnamon Cassia". Cette voix, d'abord, à la fois enfantine et séduisante, qui balance entre assurance et fragilité, délicatesse et chaleur soul. Les couleurs, ensuite. Un mélange entre Occident et Asie, une plongée dans les racines de Norazia, citoyenne du monde qui a vécu à Bali ou Singapour, New York et Paris, chante et écrit en anglais et français, cite parmi ses influences Björk, Ryuchi Sakamoto comme la musique traditionnelle indonésienne… mais qui peut reprendre en se l'appropriant, "La Javanaise" de Gainsbourg le temps d'un concert.

Tenant la promesse de son titre, "Core" est un album dans lequel on plonge. On se laisse envelopper par ses mélodies feutrées et son atmosphère intimiste. On s'abandonne au tempo alangui des ballades. On chaloupe lorsque Norazia s'essaye aux rythmes brésiliens sur "Truly Skies". On est presque submergé par la richesse des arrangements : cuivres sur " Blue Caramel " ou sur le délicatement jazzy "Monsoon", harpe limpide sur "Your Guide" ou l'onirique "Logical Instinct", cordes sur l'envoûtant "Percayalah", vibraphones, marimbas et percussions indonésiennes saupoudrées un peu partout… On émerge de ce "Core" aux airs de cocon sonore ou de petit monde imaginaire avec l'impression d'avoir fait un voyage… Ou un rêve. A moins que ce ne soit les deux.

Norazia, chanteuse ou magicienne ? L'énigme demeure.

Modifier ce wiki

Pas envie de voir des annonces ? Abonnez-vous dès aujourd'hui

API Calls