Lecture via Spotify Lecture via YouTube
Accéder à la vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Vous scrobblez depuis Spotify ?

Connectez votre compte Spotify à votre compte Last.fm et scrobblez tout ce que vous écoutez, depuis n'importe quelle application Spotify sur n'importe quel appareil ou plateforme.

Connexion à Spotify

Ignorer

Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

  • Années d'activité

    1997 – aujourd'hui (25 ans)

  • Fondé en

    London, England, Royaume-Uni

  • Membres

    • Carl Barât (1997 – aujourd'hui)
    • Gary Powell (2001 – aujourd'hui)
    • John Hassall
    • Peter Doherty (1997 – aujourd'hui)

The Libertines est un groupe de punk rock britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Il est formé en 1997 par Carl Barât et Pete Doherty. Mick Jones, ancien membre des Clash, fut le producteur artistique de leurs deux albums, sur le label Rough Trade. Le groupe gagne en notoriété dans les années 2000.

Après s'être séparé en 2004, le groupe se reforme pour participer à quelques concerts lors de l'été 2010. Il est actuellement reformé depuis juin 2014 pour quelques concerts durant l'été et une tournée européenne à partir de septembre. De nouvelles chansons sont prévues, l'annonce d'un troisième album pour 2015 se concrétise le 11 septembre 2015.

Biographie
Débuts (1997–2001)

L'histoire des Libertines débute à Londres, en Angleterre, vers la fin des années 1990 lorsque Pete Doherty et Carl Barât, après avoir fait connaissance et partagé certains points en commun, décident de créer leur propre groupe auquel ils donneront un nom reflétant leur façon d'être, c’est-à-dire libertins, libres des restrictions morales et conventionnelles. Dans un premier temps, plusieurs batteurs et bassistes se succèdent jusqu'au jour où Gary Powell, jeune batteur afro-américain les rejoint dans leur aventure.

Très vite, ils sont repérés par le label Rough Trade qui les signe au mois de décembre 2001. Le groupe effectue alors son premier « vrai » concert, sans bassiste. Quelque temps après, John Hassall est invité à rejoindre la formation. Après avoir hésité entre les compositions de ce dernier ou celles des deux chanteurs, ils décident de choisir que l'écriture des chansons reviendra à ces derniers, les deux guitaristes-chanteurs Pete et Carl. Comme en démontre leur premier EP, sorti avant le premier album, leur musique était au début beaucoup plus calme et moins « punk » que sur Up the Bracket. C'est à partir de la signature sur le label qu'ils décident de changer d'orientation musicale, prenant alors un ton plus rock.

Succès et séparation (2002–2004)

Au mois de février 2002, The Libertines font la première partie de The Strokes le temps de deux shows, mais ce n'est qu'après avoir effectué une mini tournée aux côtés des Vines au mois de mars que le groupe commence réellement à faire parler de lui avec des morceaux tels que What a Waster, Up the Bracket ou encore Boys in the Band. En juin 2002, Bernard Butler (du groupe Suede) leur propose de produire leur premier single What a Waster. Celui-ci se hisse dans les quarante premières places sans aucune promotion télévisée. Deux mois plus tard, The Libertines entrent en studio aux côtés de Mick Jones (ex-The Clash) afin d'y enregistrer leur premier album. Durant cette session, Peter et Carl se disputent et décident de laisser tomber. Finalement, tout rentre dans l'ordre et Up the Bracket est enfin achevé.

Le premier single, Up the Bracket, atteint la trentième place des charts. L'album quant à lui est très bien reçu par la presse qui voit aussitôt en The Libertines un sacré rival pour les grosses pointures que sont The Strokes ou encore The Hives. La formation en profite pour virer leur « tour manager » trop strict à leur goût. Au mois de janvier 2003, le second single, Time for Heroes, atteint la vingtième place des charts. Un mois plus tard, The Libertines sont élus meilleur nouveau groupe lors des célèbres NME Awards. En mai 2003, les Libertines partent aux États-Unis afin d'y enregistrer l'émission de David Letterman. C'est également au cours de ce même mois d'avril que Pete donne sa première représentation solo, juste dans la même rue où Johnny Rotten (ex-Sex Pistols) avait l'habitude de squatter.

Au mois de juin 2003, le malaise commence réellement à se faire sentir au sein du groupe. Peter, devenu accro aux drogues, est mis à l'écart et ne participera pas à la tournée européenne. Ce sera Nick, un ami du groupe, qui le remplacera. La communication au sein du groupe, à ce moment-là, se fait de plus en plus difficile et c'est ainsi que les Libertines effectuent une nouvelle tournée du Royaume-Uni sans la participation de Peter. De son côté, se sentant isolé, Peter entreprend de se débrouiller tout seul. De plus la polémique commence à grandir et les fans ne comprennent pas l'absence de Pete aux concerts quand celui-ci poste sur le site officiel du groupe que tout va bien. Ce dernier entre en cure de désintoxication mais en sortira avant son issue. Un mois plus tard, le doute s'installe de plus belle au sein de The Libertines lorsque Peter ravage la chambre d'un de ses partenaires et cambriole l'appartement de Carl. Il sera par la suite arrêté pour finalement être ajourné. Il crée alors Babyshambles, un projet solo, et effectue plusieurs dates. Lors d'une interview, Pete avoue être devenu accro au crack. En septembre 2003, Pete est condamné à six mois de prison mais n'en fera que deux après avoir fait appel. Il entre alors à la prison de Wandsworth et reprend peu à peu contact avec ses anciens partenaires avant d'être transféré dans une prison moins « dure » sur l'île de Sheppey.

Après la réconciliation des deux leaders du groupe, ils décident d'enregistrer un deuxième album. The Libertines sort fin août 2004, enregistré presque en live, en très peu de prises. De Can't Stand Me Now à What Became of the Likely Lads, ce CD autobiographique nous transporte au pays de Pete et Carl (parfois obligés d'être séparés par la sécurité pendant l'enregistrement du CD). Après une dernière tournée sans Pete (renvoyé jusqu'à ce qu'il n'ait plus de problèmes de drogue) qui se clôture le 17 décembre à Paris, Carl Barât annonce ce que tout le monde savait : les Libertines ne sont plus.

Modifier ce wiki

Vous ne voulez pas voir de publicités ?Mettez à niveau maintenant

Artistes similaires

À la une

API Calls