Lecture via Spotify Lecture via YouTube
Accéder à la vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Vous scrobblez depuis Spotify ?

Connectez votre compte Spotify à votre compte Last.fm et scrobblez tout ce que vous écoutez, depuis n'importe quelle application Spotify sur n'importe quel appareil ou plateforme.

Connexion à Spotify

Ignorer

Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

  • Né(e) le

    19 Mars 1930

  • Né(e) en

    Fort Worth, Tarrant County, Texas, États-Unis

  • Décédé(e) le

    11 Juin 2015 (à 85 ans)

Ornette Coleman est un saxophoniste ténor et alto, un trompettiste, un violoniste et compositeur, né à Fort Worth (Texas) le 9 mars 1930.
Parcours À quatorze ans, il étudie le saxophone alto puis, deux ans plus tard, le ténor. Il commence par jouer dans des orchestres de rhythm and blues dans le Sud des États-Unis. Il s'installe à Los Angeles où il est contraint de travailler comme liftier tout en étudiant l'harmonie, la théorie musicale (largement en autodidacte) et en élaborant ce qui deviendra l'essentiel de son style, tant sur le plan harmonique que rythmique (frôlant l'atonalité soutenue par un tempo fluctuant).
L'accueil parmi ses pairs est mitigé, mais déjà il reçoit l'appui de certains d'entre eux. C'est le bassiste Red Mitchell qui le découvre. Il enregistre en 1958 son premier disque pour la firme Contemporary de Lester Koenig (« Something else! », avec Don Cherry, Walter Norris, Don Payne, Billy Higgins), puis en 1959 « Tomorrow is the question! » (avec un quartet sans piano incluant Cherry, Red Mitchell, Shelly Manne)… La même année, il obtient ses premier engagements dans des clubs de jazz, à Los Angeles, puis New York où il utilise un saxophone alto en plastique.
Déjà il suscite de fortes oppositions, mais continue règulièrement à enregistrer, maintenant pour la firme Atlantic, avec Charlie Haden, Billy Higgins, Ed Blackwell, Don Cherry, (« The shape of jazz to come » (1959), « Change of century » (1959), « This is our music » (1959).
En 1960, l'album « Free jazz » sonne comme un manifeste, bien que son auteur ait exprimé plus tard sa gène devant ce concept. Dans ce disque, improvisé sans préparation par deux quartetes (un sur chaque canal stéréo) : Cherry et Freddie Hubbard à la trompettte, Ornette et Eric Dolphy, Scott LaFaro et Haden à la basse, Higgins et Ed Blackwell à la batterie. C'est le premier exemple d'improvisation collective dans le jazz d'avant-garde.
En 1962, on le retrouve aussi à la trompette et au violon.
En 1965, il revient sur la scène musicale (après deux ans de relative inactivité), en Europe ou au cinéma (« Chappaqua suite ») souvent avec David Izenzon (b) Charles Moffett (d), puis avec son fils Denardo, batteur dès l'âge de douze ans (1966). Il obtient une certaine reconnaissance (il est couronné « Jazzman of the Year » en 1966 ; puis entre au « Hall of Fame » en 1969 par la revue « Down Beat »).
En 1972, il développe l'obscur concept d'« harmolodie » (« Skies of America » avec le London Symphony Orchestra, où les musiciens jouent simultanément la même mélodie à différentes hauteurs et dans différentes tonalités), et poursuit une carrière un peu chaotique, enregistrant cependant régulièrement dans de multiples contextes (intégrant musiques traditionnelles, free, rock, funk), mais aussi avec un de ses anciens quartettes (Don Cherry, Haden, Higgins), avec le guitariste Pat Metheny et avec son groupe electro-acoustique Prime Time.
Gai, primesautier, timide, réservé, provocateur, voire scandaleux, dynamiteur tranquille, habile compositeur, instrumentiste discuté, admirateur de Charlie Parker dont il prolonge mais dynamite le style, même pas artiste maudit pourtant tant il se plaît à vivre dans une relative obscurité, il a longtemps suscité jugements contrastés, polémiques, voire agressions physiques. Son influence est diffuse et contrastée ; le free jazz perdure en partie sur les bases qu'il a énoncées, mais le funk le revendique également comme précurseur, témoignage du vivant paradoxe de son existence et de son art.
Coleman a rarement participé à des albums d'autres musiciens : Jackie McLean en 1967 (album sur lequel Coleman joue de la trompette), James Blood Ulmer en 1978, Joe Henry (Scar) en 2001 et Lou Reed en 2003 sont les rares exceptions.

Cet artiste, bien que né sans la West Coast, n'a jamais relevé de l'esthétique "Cool" ou "West Coast"

Modifier ce wiki

Pas envie de voir des annonces ? Abonnez-vous dès aujourd'hui

Liens externes

API Calls