Lecture via Spotify Lecture via YouTube
Accéder à la vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Vous scrobblez depuis Spotify ?

Connectez votre compte Spotify à votre compte Last.fm et scrobblez tout ce que vous écoutez, depuis n'importe quelle application Spotify sur n'importe quel appareil ou plateforme.

Connexion à Spotify

Ignorer

Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

  • Né(e) le

    5 Février 1955 (âge 63)

  • Né(e) en

    Açores, Portugal

Né le 5 février 1955 à 3h00 du matin, dans la paroisse civile d'Ajuda da Bretanha, sur l'île de São Miguel (Açores, Portugal), Jorge Oliveira Ferreira est un chanteur portugais de variété (auteur-compositeur-interprète) résidant aux États-Unis, très célèbre et mondialement connu, également musicien, producteur et homme d'affaire. Connu aussi sous le nom de "Roi de la Pop Portugaise des États-Unis", Jorge Ferreira est le Président et fondateur de la plus célèbre maison de disques portugaise du monde, la société "Portuguese Music World".

Devenu célèbre durant les années 80 grâce à la chanson "Papai" qui est le 5ème single le plus vendu de l'histoire du Portugal parmi le classement du Top 10 des Singles les Mieux Vendus de Tous les Temps au Portugal, avec plus de 1 200 000 exemplaires vendus, titulaire de nombreux Disques d'Or et de Platine reçus à travers le monde, Jorge Ferreira est le chanteur portugais le plus célèbre des États-Unis, ainsi que l'Ambassadeur International de la Musique Portugaise.

Au Portugal, Jorge Ferreira est le 4ème artiste portugais qui a vendu le plus de disques de l'histoire parmi le classement du Top 16 des Artistes Portugais les Mieux Vendus de Tous les Temps au Portugal, avec plus de 6,000,000 de disques vendus, derrière Amália Rodrigues (1ère, avec 30,000,000 de disques vendus), Roberto Leal (2ème, avec 17,000,000 de disques vendus) et Linda de Suza (3ème, avec 8,000,000 de disques vendus), et devant d'autres célèbres artistes portugais tels que Marco Paulo (5ème, avec 5,000,000 de disques vendus), Tony Carreira (6ème, avec 4,000,000 de disques vendus), Dulce Pontes (7ème, avec 3.5,000,000 de disques vendus), Mariza (11ème, avec 1,000,000 de disques vendus) et Pedro Abrunhosa (12ème, avec 800,000 disques vendus). Au sein du classement du Top 10 des Artistes Internationaux et Étrangers les Mieux Vendus de Tous les Temps au Portugal, Jorge Ferreira est devant d'autres célèbres chanteurs et groupes internationaux tels que Julio Iglesias (1er, avec 5,000,000 de disques vendus), Roberto Carlos (2ème, avec 1.5,000,000 de disques vendus), Daniela Mercury (4ème, avec 1,000,000 de disques vendus), ABBA et Pink Floyd (5ème ex aequo, avec 650,000 disques vendus), les Beatles et Madonna (6ème ex aequo, avec 600,000 disques vendus) et Shakira, Laura Pausini, Andrea Bocelli et Michael Jackson (8ème ex aequo, avec 500,000 disques vendus), et Nelly Furtado (10ème, avec 100,000 disques vendus).

Au fil des années, Jorge Ferreira a acquis une grande popularité dans le monde entier, et particulièrement aux États-Unis, au Canada, aux Bermudes, en Afrique du Sud, au Venezuela, en Australie, au Royaume-Uni, en France et dans les îles portugaises des Açores et Madère.

Fils de Francisco Ferreira et Maria Rosa Ferreira, qui ont 6 enfants au total, Jorge a démontré de l'intérêt pour la musique depuis très jeune. Très tôt, il s'est donc inscrit dans l'orchestre philharmonique local, déjà à l'époque de l'éducation primaire. À l'âge de 7 ans, il savait déjà jouer de la trompette et de l'harmonica et plus tard, il apprena à jouer de l'accordéon. À l'âge de 12 ans, Ferreira immigra aux États-Unis avec ses parents, dans la ville de Fall River, Massachusetts, laissant au Portugal cinq frères qui seulement plus tard viendront tenir compagnie au reste de la famille.

La vie en Amérique commença avec quelques difficultés. Ferreira fréquenta les écoles de Fall River et commença à travailler dans une usine d'agriculture à l'âge de 16 ans, puis chanta à côté pour des mariages et dans les clubs, aidant ainsi ses parents à financer leur budget. Grâce à sa volonté et à sa motivation, les difficultés ont été surmontées car il savait que dans ce pays il serait plus facile pour lui d'apprendre la musique. Cependant, son itinéraire est assez original car en dépit d'être élevé dans un ménage portugais à Fall River durant plusieurs années, il ne pouvait pas parler ou écrire l'anglais correctement.

En 1972, à l'âge de 17 ans, Ferreira commença par s'intégrer dans divers groupes musicaux locaux en tant que musicien et chanteur tels que “Banda Santo Cristo”, “Banda de Nossa Senhora da Luz” (Groupe de Notre Dame de la Lumière, connu pour être l'un des meilleurs groupes philharmoniques amateurs des États-Unis), “Jaywalkers”, le groupe américain de country "Sunrise, Sunset", son premier propre groupe nommé “Vibrations”, et plus tard les plus connus “Conjunto Venus” et “Conjunto Mars”. Rapidement, son nom circula partout. "L'enfant de Bretanha" chantait en anglais et en portugais, et en peu de temps sa voix gagnait de l'espace au sein de la communauté luso-américaine des États-Unis. Cette année là, Ferreira signe un contrat avec le label américain “Sky Records” et enregistre pour la toute première fois de sa carrière. Il sort un 45 tours intitulé "O Cançonetista que Também é Fadista" (Le Chansonnier qui est Aussi Fadiste), qui inclus le premier single "Paizinho Sonhei Contigo" (Papa j'ai Rêvé de Toi). Les années suivantes, il sort plusieurs autres singles 45 tours édités par différents labels américains, tel que "Sonho do Lar" (1973 - Space Records), entre autres.

En 1979, avec l'orchestre “Conjunto Mars”, Ferreira sort le premier album de sa carrière intitulé “Mars”. Ce premier disque inclus des chansons en langue portugaise, mais également des chansons populaires américaines reprises par Ferreira. L'album fût un succès mineur.

En 1980, Ferreira prend contact avec la "Henda Records & Video", qui fût l'une des premières maisons de disques portugaises de Fall River, afin d'enregistrer trois chansons en portugais, mais seulement sous la condition de prouver qu'il pouvait remplir des salles de concert et théâtres, ainsi que vendre des milliers de disques. Le défit relevé, il signe donc un compromis de trois ans qui lui ouvre le chemin vers de nouvelles frontières. Une nouvelle étoile était née… Ferreira sort le second album de sa carrière "Amar Como Jesus Amou" (Aimer Comme Jésus Aima). Dans la lancée, il décide de commercialiser ses albums au Portugal. Il signe donc un contrat avec l'éditeur "Metro-Som".

Ferreira continua à travailler pour Henda Records en Amérique et enregistra 4 EP de 1981 à 1983 : "Viva Fall River" (Vive Fall River), "As Moças da Minha Aldeia" (Les Filles de mon Village), "Quando Vai Chegar a Paz" (Quand Arrivera la Paix) et "Viva, Viva New Bedford" (Vive, Vive New Bedford).

En 1983, il signe un nouveau contrat avec un autre éditeur portugais "Rádio Triunfo Internacional", et il sort le troisième album "Viva Fall River" (Vive Fall River) qui devient un géant succès, spécialement aux États-Unis. Il atteignit le top des ventes de disques du Portugal avec ce single qui attribue son nom à cet album. À cette époque, Ferreira devient une super star et un artiste confirmé, et toute l'Amérique le découvre peu à peu. La même année, il sort un autre album "Os Olhos de Minha Mãe" (Les Yeux de ma Mère), contenant les singles "O Pensar dum Emigrante" et "Natal duma Criança". Ferreira parcourt les quatre coins des États-Unis afin de promouvoir cet album.

En 1984, Ferreira sort l'album "Baile dos Passarinhos" (Danse des Canards), contenant le single "Chau".

En 1985, Ferreira sort l'album "Papai" (Papa), sur lequel il chante la chanson principale en duo avec sa fille, Alison Ferreira, qui plus tard apparaîtra sur d'autres albums. La chanson "Papai" devient un grand succès aux États-Unis, et au Portugal, il est invité avec sa fille par l'animateur Carlos Cruz à l'émission télévisée "Um, Dois, Três" pour venir l'interpréter. À la fin de la chanson, Ferreira provoque une incroyable ovation d'applaudissements et ensuite, un imprésario de l'agence portugaise de spectacles "Audição", prend contact avec lui pour la signature d'un contrat. Pour la première fois, Ferreira saisit l'opportunité de donner des concerts au Portugal. Les concerts abondent dans les quatre coins du pays et sa popularité au Portugal grandit jour après jour. La même année, il sort l'album et le méga tube "Carro Preto" (Voiture Noire). La chanson raconte l'histoire d'un homme trahi par sa compagne à cause de la couleur noire de sa voiture qui lui a porté malheur. Cette chanson fait le tour du monde et avec cet album, Ferreira devient une légende aux États-Unis, et au Portugal, tout le monde n'écoute que lui.

En 1986, Ferreira quitte la Rádio Triunfo Internacional et signe un nouveau contrat avec l'éditeur "Movieplay Portuguesa", et il sort l'album "Mãe Já Partiste" (Maman tu es Déjà Parti), en hommage à sa mère décédée cette année. La même année, il signe un deuxième contrat d'un an avec un autre éditeur portugais "DiscoNorte". Il sort l'album "O Sol Ainda Está Fora" (Le Soleil Est Toujours Dehors).

En 1987, Ferreira sort l'album "Sonho Desfeito" (Rêve Défait). Cet album raconte plus ou moins sa propre vie.

En 1988, Ferreira quitte Fall River avec nostalgie et s'installe à Westport, Massachusetts, avec femme et enfants. Il fait construire un studio d'enregistrement automatisé dans le sous-sol de sa nouvelle maison, sans nom pour le moment. Il sort l'album "Não Há Gente Como a Gente" d'où le titre est issu de la phrase d'un fan vivant au Venezuela qui, après un concert, embrasse l'artiste et, émotionné, s'exclame : "NÃO HÁ GENTE COMO A GENTE" ! ("IL N'Y A PAS DE GENS COMME NOUS" !) Cet album est un incroyable succès avec ses super titres "Bacalhau", "Ao Calor do Sol", les chansons espagnoles "25 Rosas" et "Carro Negro" (la "Voiture Noire" en espagnol) et "Carro Branco" (Voiture Blanche), la suite de "Carro Preto" qui raconte une histoire contraire et positive, avec une voiture blanche cette fois-ci. La chanson "Não Há Gente Como a Gente" est une dédicace à tous les portugais immigrés dans le monde.

En 1989, Ferreira quitte la Movieplay Portuguesa et signe un contrat avec l'éditeur "Ovação Nacional". Il nomme son studio d'enregistrement "City Limit Track" et écrit et compose des morceaux pour d'autres artistes portugais. De nouveaux musiciens font leur apparition en studio et en concert. L'un d'entre eux, le guitariste José Ernesto Barros, deviendra le bras droit de Ferreira, produisant et arrangeant quelques albums et jouant à tous les concerts. Ferreira sort l'album "Deixei Meu Coração em Portugal" (J'ai Laissé Mon Coeur au Portugal), qui devient un succès immédiat. Par la suite, il est invité à plusieurs stations de radio portugaises en Amérique, au Portugal et dans d'autres pays. Durant l'année, Ferreira effectue une grande tournée en Afrique du Sud.

En 1990, Ferreira sort l'album "Olhos Verdes" (Yeux Verts), modifiant quelque peu son style musical.

En 1991, Ferreira sort l'album "Recordar" (Remémorer), contenant les singles "Portugal Não Dorme no Verão" et "O Camião".

En 1992, Ferreira sort le très réussi album "Regresso Prometido" (Retour Promis), produit en collaboration avec le producteur de Nouvelle-Angleterre Paulo Sardinha. Cet album possède un style très pop, sans la moindre chanson folklorique. Parmi les nombreux concerts que Ferreira aura donné cette année, l'un d'entre eux captera tout particulièrement l'attention des fans français : celui qu'il a donné à la prestigieuse salle de La Mutualité à Paris, qui est considéré encore aujourd'hui comme étant "le" concert parisien de Jorge Ferreira par excellence. Tout le mérite reviendra à son célèbre Tour Manager de l'époque, le charismatique Pierre Lacerda.

En 1993, Ferreira quitte la Ovação Nacional et signe un contrat avec une des plus célèbres maisons de disques du Portugal, "Espacial Música". Francisco José Carvalho, le Président de cette compagnie, devient son nouveau manager artistique au Portugal. Il sort l'album "Nos Arraiais" (Dans les Fêtes Rustiques), contenant le single "Mãe". Il commence à inviter des musiciens américains sur ses albums, et pour celui-ci, entre autres, il a invité le saxophoniste Paul Weddle et le célèbre trompettiste John Allmark. Le résultat est remarquable.

En 1994, Ferreira sort l'album et le super tube "Era Pouco e Acabou-se" (C'était Peu et ça S'est Terminé). Avec ce projet, il adopte la musique country sur plusieurs compositions. Toutes les dix chansons sont géniales, spécialement le flamenco "Flamengo de Perdição", inspiré d'un voyage en Espagne. Grâce à cet album, Ferreira débute une tournée triomphale en Australie. Cinq mois plus tard, il sort son premier album de Noël "Canta Natal" (Chante Noël) sur lequel ses deux filles, Alison et Elizabeth Marie Ferreira interprètent quelques chansons et apparaissent sur certains choeurs.

En 1995, Ferreira devient le roi de la pop portugaise des États-Unis et il sort l'album "Prova de Amor" (Preuve d'Amour).

En 1996, après 16 ans de succès, Ferreira quitte son éditeur américain "Henda Records & Video" avec remerciements et félicitations de la part du Président Henrique Galvão, mais la compagnie continuera de distribuer ses albums. il crée sa propre maison de disques à Dartmouth, Massachusetts, la société "Portuguese Music World", avec le seul objectif de réduire les prix de la musique portugaise sur les marchés américains et canadiens, et de supporter les artistes portugais locaux qui maintenant bénéficient d'une distribution plus large de leurs produits. Il devient producteur et produit plusieurs artistes portugais et américains. Il sort l'album et le célèbre tube "A Portuguesa é a Mais Linda" (La Portugaise est la Plus Belle). Les ventes de cet album sont très satisfaisantes. Toutes les chansons ont été écrites et composées par Elizabeth Marie Ferreira, qui jouera une fonction importante dans la suite de la carrière de son père.

En 1997, Ferreira sort l'album romantique "13 de Maio na Cova de Iria" (13 Mai Dans la Petite Baie d'Irène) et fête ses 25 ans de carrière. "As Biatas" est le single phare de cet album. Cinq mois plus tard, il sort son deuxième album de Noël "Natal em Família" (Noël en Famille) et invite comme choriste son dernier enfant et son premier fils, Jordan Ferreira, qui sera promu à un bel avenir.

En 1998, Ferreira sort l'album "Revelações do Milénio" (Révélations du Millénaire), arrangé en collaboration avec le producteur et musicien local Joel Hiller, déjà présent sur les claviers du précédent album. Un nouveau musicien fait son apparition sur cet album, le bassiste Roberto Bettencourt, qui est le père de Donovan Bettencourt (bassiste sur les albums "Prova de Amor" et "Era Pouco e Acabou-se", et membre du groupe Mourning Widows) et le frère de l'artiste international Nuno Bettencourt (aujourd'hui devenu le guitariste live de Rihanna), guitariste et chanteur des groupes DramaGods et Mourning Widows, ainsi que de l'ancien groupe de funk metal Extreme. Roberto deviendra indispensable dans les concerts de Ferreira.

En 1999, Ferreira sort l'album "Açoriano de Raíz" (Açorien de Racine). Il a invité sa fille Alison Ferreira pour faire un duo sur l'enregistrement de la chanson "Papai 15 Anos Depois" qui est l'ancien tube "Papai", 15 ans après, avec des paroles modifiées.

En 2000, Ferreira suspend sa carrière pendant deux ans et profite du bonheur familial. Il sort le best of "Eu Voltarei" (Je Reviendrai), contenant deux reprises d'anciennes chansons enregistrées sur de nouveaux instruments. Elizabeth Marie Ferreira débute une carrière de chanteuse en solo et sort un EP intitulé "Chuva de Beijos" (Pluie de Baisers). Son nom de scène est Liz Marie.

En 2001, Ferreira sort le best of et le nouveau single "A Chupeta" (La Sucette) qui est très revendicatif. Au Portugal, il signe un contrat avec l'agence de spectacles "Palcos Brandão", dirigée par António et Sérgio Brandão, dans le but de donner des concerts dans les régions les plus reculées du pays.

En 2002, Ferreira travaille en collaboration avec le producteur de Boston Marc Soucy et sort l'album "Como Este Mundo Mudou" (Comme ce Monde a Changé). Il a invité le pianiste local et compositeur Richard London. Marc Soucy apporte une touche de ses influences pop américaines à cet album, aussi bien sur le plan musical que sur certains textes. De tous les albums, celui-ci est certainement le plus américanisé. Une de ces influences est la chanson "Minha Segunda Mãe" dont le refrain est chanté en anglais, et qui fait référence au 11 Septembre 2001.

En 2003, Ferreira sort l'album "Vem Agosto, Vem Agosto" (Viens Août, Viens Août), enregistré à Meaux, France, sur lequel il a invité le groupe français "Malaca Trio" composé de Jean-Marc Debat (guitare), Sébastien Blanche (basse) et Sylvie Morais (chant). Produit avec Serge Fernandes, claviériste des concerts européens de Ferreira, cet album est très original et devient l'album le plus folklorique de tous, avec ses rythmes latinos endiablés.

En 2004, Ferreira sort le très bon album "As Velhas e os Solteirões" (Les Vieilles et les Vieux Garçons). Son fils Jordan Ferreira devient membre du groupe de rock fusion/progressif "Mindwalk Blvd", chantant et jouant de la guitare électrique, et il en joue sur cet album. Le groupe français Malaca Trio fait son retour sur cet album, enregistré à Westport (États-Unis) et à Meaux (France). Ferreira crée son site internet officiel sur lequel quelques albums sont en vente, celui-ci s'étendant peu à peu sur le net. Son entreprise Portuguese Music World, étudiant les marchés portugais, négocie et arrive à un accord avec deux importantes maisons de disques portugaises. Vidisco et Espacial sont les deux maisons de disques majeures dont la Portuguese Music World est désormais partenaire. Ces deux labels leaders ont accepté que la Portuguese Music World les représente aux États-Unis et au Canada, modifiant les prix des disques sur leur inventaire intégral.

En 2005, Ferreira sort l'album "Bendito Seja Agosto" (Bénie Soit Août), produit en collaboration avec Serge Fernandes et le célèbre producteur portugais Ricardo Landum, enregistré à Pontinha (Portugal) et à Westport (États-Unis), et sur lequel jouent Jordan Ferreira et le trompettiste portugais Miguel Gonçalves. Il crée le site internet officiel de sa société Portuguese Music World, dirigé et géré par Elizabeth Marie Ferreira, et il sort son premier DVD "Viagens" (Voyages). Trois mois plus tard, il donne un concert au restaurant Venus de Milo à Swansea, Massachusetts, à l'occasion de l'événement "Katrina Event Benefit Concert", qui est un spectacle de charité en faveur des victimes rescapées de l'Ouragan Katrina, incluant un impressionnant panel de plusieurs artistes locaux et internationaux, dont le groupe de Jordan Ferreira, Mindwalk Blvd. À la fin de l'événement, ils totalisent 32 000 Dollars qu'ils verseront à la Croix Rouge Américaine afin d'aider les rescapés, les familles des victimes défuntes et de reconstruire la ville de la Nouvelle-Orléans. Deux mois plus tard, il sort son troisième album de Noël "Natal com Jorge Ferreira e Família" (Noël Avec Jorge Ferreira et Famille), qui est un best of de Noël contenant trois nouvelles chansons, et sur lequel chantent ses deux filles et son fils, celui-ci jouant également dans l'orchestre.

En 2006, Ferreira sort l'album "Meu Coração Bate Por Ti" (Mon Coeur Bat Pour Toi), produit en collaboration avec Nelson Moreira et enregistré à Fall River. La chanteuse locale Nélia et Alison Ferreira sont invitées en tant que choristes. En octobre, son ami de longue date et chanteur Jack Sebastião décède d'une attaque cardiaque. Il avait enregistré en duo avec lui la chanson "Jorge Ferreira e Jack Sebastião à Desgarrada", extraite du dernier album.

En 2007, Ferreira sort l'album "É Bom é Bom" (C'est Bon C'est Bon). Il a travaillé très dur et a donné le meilleur de lui-même pour ce projet. L'album est très folklorique et joyeux, et incite à danser. Son fils Jordan Ferreira a consacré beaucoup de son temps à la réalisation de cet album, jouant de la guitare électrique dans l'orchestre. Le producteur de Fall River Nelson Moreira est de retour et a contracté quelques musiciens locaux. La chanteuse locale Nélia est également de retour et reprend son rôle de choriste. Les titres sont très intéressants, et en particulier deux chansons. La première, "Olhos Risonhos", est une reprise du vieux titre "Olhos Tiranos", sur une version plus moderne. Les paroles sont différentes et la musique est issue d'une composition d'un tube du groupe légendaire ABBA. La seconde, "E Cai a Neve", est la reprise en portugais de la célèbre chanson de Salvatore Adamo "Tombe la Neige". La version portugaise a été écrite en collaboration avec le compositeur brésilien Romeu Nunes. Le célèbre chanteur franco-italien Salvatore Adamo avait déjà prêté à Ferreira sa chanson "La Nuit" en 1988, pour le tracklisting final de l'album "Não Há Gente Como a Gente". Le batteur de studio de Ferreira, Robert Leonardo, est désormais un producteur célèbre et a mixé et masterisé l'album dans son studio de Fall River "Digital Wave Multimedia". En même temps que la sortie de son nouvel album, Ferreira sort cette année son premier DVD live "Ao Vivo em Ponte da Barca" (Live à Ponte da Barca), enregistré en août 2006 à Ponte da Barca, durant la tournée d'été au Portugal. Ponte da Barca est une jolie petite ville du nord du Portugal, située dans la région du Minho. Ce grand concert mémorable fût le meilleur de toute la tournée d'été 2006 au Portugal. Durant 1h30 de concert, Ferreira interprète ses chansons les plus populaires, y compris quelques unes de son album de 2006 "Meu Coração Bate Por Ti".

En 2008, Ferreira se produit en Angleterre, où il apparaît dans l'une des plus prestigieuses salles de concert londonienne, le Carling Academy Brixton. Il a également participé au premier Portuguese Music Awards d'Amérique, le A.U.A. Awards Show, au Centre Culturel Portugais de Fall River. Ferreira fût récompensé grâce à ses deux tubes issus de son album de 2007 "É Bom é Bom" : “Se Ela Encosta é Bom é Bom” (Meilleure Chanson de Variété de l'année) et “Deixa-me Ir Contigo” (Meilleure Chanson Folklorique de l'année). Ferreira sort l'album “Manel Aperta o Cinto” (Manuel, Serre la Ceinture). Avec cet album, Ferreira a voulu lancer un appel d'urgence à la crise financière mondiale de 2008 qui touche de nos jours tous les pays du globe. Il parle de la vie des travailleurs émigrés qui résistent aux difficultés du quotidien et qui perçoivent un salaire juste suffisant pour survivre, avec l'obligation contraignante de "serrer systématiquement la ceinture", mélangeant les mélodies nostalgiques du Portugal apparaissant dans les moments de vague à l'âme de ces personnes. Sur cet appel à la démocratie, Ferreira a réuni plusieurs connaissances qui ont accepté de prêter leur voix en participant sur quelques titres. Les artistes invités sont le chanteur/compositeur portugais José Reza, le chanteur de folklore portugais et accordéoniste Augusto Canário du groupe Augusto Canário e Amigos, et la chanteuse pop luso-canadienne Jessica Amaro. Les américains apprécient la qualité musicale de ce dernier album qui devînt disque d'or aux États-Unis, deux mois après sa sortie nord-américaine.

En 2009, Ferreira devient l'artiste le plus nominé au second Portuguese Music Awards d'Amérique, le A.U.A. Awards Show Gala II. Malgré son absence en raison d'une tournée en Californie programmée pour la même période, il remporte 6 oscars, principalement grâce à son triomphant et événementiel album de l'année 2008, "Manel Aperta o Cinto" : "Parabéns, Parabéns" (Meilleure Chanson de Variété de l'année), "Manel Aperta o Cinto" (Meilleure Chanson Folklorique de l'année), "Velhas com Canário e Jorge Ferreira" (Meilleure Chanson Desgarrada de l'année), "Ceia do Emigrante" (Meilleure Chanson Fado/Pop de l'année), "Este Natal Santo" (Meilleure Chanson de Noël de l'année) et "Ao Vivo em Ponte da Barca" (Meilleur Album Live de l'année). Il décide également de promotionner à la vente les somptueux accordéons diatoniques de la marque "Ranco Antonio Concertinas", filiale de la géante société italienne "Polverini Accordions", à la suite de diverses négociations. Par la suite, il adoptera et utilisera continuellement les accordéons diatoniques "Ranco", aussi bien dans les lives que dans les studios d'enregistrement. Ferreira sort l'album "Ser Português" (Être Portugais) et fête ainsi ses 30 ans de carrière discographique d'une part, et d'autre part en effectuant une tournée célébrant l'évènement. Cet album dénonce les escroqueries quotidiennes et les manipulations sous toutes leurs formes qui prédominent de nos jours, qu'elles soient financières, humaines, médiatiques ou politiques. Derrière les présentes revendications, la sagesse est recherchée. À travers elle, des messages de bonheur, d'amour et de spiritualité sont transmis, aussi bien qu'une recherche de la gloire, de la richesse et du pouvoir pour toutes les personnes qui rêvent un jour d'échapper à la matrice de leur vie plus ou moins monotone. Musicalement, l'album passe d'un rythme musical à un autre, tous différents les uns des autres, tels que les ballades intemporelles ou les chansons festives et folkloriques. Enregistré à Fall River, Westport (États-Unis) et Mississauga (Canada), l'album fût produit en collaboration avec Robert Leonardo et Hernâni Raposo. Au mois de juin, Ferreira donne un concert à la prestigieuse salle internationale du Casino Herisau, à Herisau en Suisse, dont le parquet de la scène a déjà été foulée dans le passé par Eric Clapton, entre autres… En septembre, il en donne un autre à l'air libre aux Bermudes, en plein milieu de la grande place historique et touristique de King’s Square, à Saint George. Durant l'année, la société Portuguese Music World gagne en célébrité et en popularité. Grâce au dévouement de sa fille et secrétaire coordinatrice Elizabeth Marie ainsi qu'au travail d'équipe de ses employés, Ferreira parvînt à digitaliser massivement la musique portugaise à travers les nombreuses plates-formes de téléchargement légal sur internet. 95% des chanteurs et musiciens lusophones de la planète ainsi que 15% des chanteurs et musiciens étrangers du globe, tous genres musicaux confondus, ont tous cotoyé Jorge Ferreira et collaboré avec lui dans le but de négocier leur distribution discographique en Amérique du Nord. Certains artistes portugais voulant acquérir une grande popularité sur ce continent iront même jusqu'à choisir la Portuguese Music World comme seconde maison d'édition et seconde agence de spectacles. Ferreira acquiert de ce fait de nouvelles responsabilités, devenant également Tour Manager.

En 2010, Ferreira débute l'année en acceptant de participer à l'organisation de "Operation Haiti", un concert de charité d'une durée de 2h30 en faveur des victimes du séisme en Haïti. C'est en février qu'il se produit, aux côtés de plusieurs artistes luso-américains ayant répondu présent à l'invitation de Floriano Cabral, producteur de l'évènement, au B.M.C. Durfee High School Auditorium, à Fall River, MA. Le concert fût retransmis en direct aux États-Unis sur plusieurs chaînes de télé, stations de radio, sur internet, mais aussi au Portugal sur la chaîne de télé "RTP Açores". Le théléton mis en place a affiché à la fin de la soirée un montant de 45 000 Dollars, le tout payé en chèque à l'ordre de la Croix Rouge Américaine. Le site internet officiel de Operation Haiti fût également créé : http://fundraiserforhaiti.com . En mars, Ferreira entame une tournée mondiale qui se clôturera en novembre. Il se produit aux États-Unis, en France, au Portugal, au Canada, au Venezuela, en Suisse et au Luxembourg. Au Canada notamment, il donne un concert au CNE Bandshell Park, grande scène mondialement connue de l'Exhibition Place de Toronto, à l'occasion du 44ème festival de la "CHIN International Picnic", qui est l'un des pique-niques les plus célèbres de la planète, accueillant environ 250 000 personnes chaque année venues du monde entier. Ferreira sort l'album "Pedaços de Mim" (Morceaux de Moi). Cet album contient majoritairement des reprises de vieux tubes de Ferreira des années 80 et du début des années 90. Pour certains morceaux, les paroles ont été réécrites par Elizabeth Marie.
La seule exception est le dernier morceau, titre 16, intitulé "Ecos Fatais (Pesadelos Reais)". Cette dernière chanson, qui est une chanson caritative, fût jouée en live au concert de charité Operation Haiti, par Ferreira et les autres artistes locaux comme chanson de clôture. Originalement intitulée "Haiti", les paroles de cette chanson furent combinées avec une ancienne composition datant de 1994, celle-ci appartenant à la chanson "Jugoslávia" extraite de l'album "Era Pouco e Acabou-se". Les paroles ont été rapidement écrites par Ferreira quelques jours avant le concert. La version studio est légèrement différente, à commencer par les vocalistes qui ne sont pas tous les mêmes, certains ayant été remplacés par d'autres artistes. En comparaison avec la version live, les nouveaux chanteurs sont les luso-canadiennes Ana Pacheco et Sarah Pacheco, ainsi que le luso-vénézuelien d'origine brésilienne Carlos Kanto.
Enregistré aux États-Unis et au Canada, l'album fût produit en collaboration avec Robert Leonardo et Hernâni Raposo. Leurs arrangements apportent une nouvelle touche de fraîcheur à tous ces tubes mémorables, joués avec le meilleur matériel qualitatif du moment en instruments musicaux.
Au cours de l'année, Ferreira se rapproche davantage de son public grâce au réseau social "Facebook" sur internet, avec lequel il crée sa propre page artistique : Jorge Ferreira Oficial. Nombreux alors sont les fans du monde entier qui prennent contact avec lui et nombreuses et diverses sont les discussions et commentaires qui apparaissent sur son mur. Du côté de son foyer familial, son fils Jordan quitte son groupe Mindwalk Blvd et s'associe avec d'autres musiciens du milieu du rock. Ensemble, ils fondent un tout nouveau groupe de rock fusion/progressif baptisé ElixirOnMute.

En 2011, Ferreira ralentit la cadence de ses tournées et limite le nombre de concerts programmés afin de se consacrer davantage au travail en studio. Seuls 25 concerts auront été donnés cette année, ce qui représente un nombre très maigre en comparaison avec les années précédentes.
Au mois de juin, il est l'invité d'honneur à l'occasion de la 27ème édition annuelle de l' "Heritage Day of Portugal", au State House de Boston. Il y est récompensé et décoré par une médaille à la suite d'un discours donné à la cérémonie de l' "House Chamber", dans lequel il conclut par cette phrase : "Être portugais est ce qui m'a permis d'être ce que je suis aujourd'hui". Le lendemain de l'évènement, Ferreira se rend à Washington D.C. où il est reçu et reconnu à la Maison Blanche par le président américain Barack Obama en personne, en l'honneur de sa magnifique contribution à l'immigration des États-Unis, devenant ainsi un Ambassadeur du Portugal confirmé en terres nord américaines.
Ferreira sort l'album "Pela Terra e Pelo Mar" (Par la Terre et Par la Mer). Sur cet album, Ferreira a travaillé très dur, plus que sur n'importe quel autre album précédent, passant plusieurs heures de concentration durant plusieurs mois dans son studio. De belles chansons ont été enregistrées et adaptées avec différents styles musicaux. Le tracklisting final, très diversifié, contient des chansons variété/pop, des ballades, du folklore portugais, des chansons pop/rock, et… un rap ! Tous ces genres musicaux mettent en valeur la célèbre versatilité vocale de Ferreira.
Sur cet album, Ferreira raconte son vécu durant ses voyages en tournée à travers le monde, ce qui notamment explique l'illustration du globe terrestre sur la pochette du disque. Il révèle ses expériences avec les femmes, ses vieilles aventures sentimentales, ses amis, la fierté d'être portugais au-delà des frontières, et bien sûr, avec sa "saudade" pour la patrie.
D'autres artistes ont aussi été invités sur quelques chansons, dont Mickael Salgado, un jeune fadiste portugais qui est aveugle, Manel "Nelinho" da Capela, un chanteur amateur de desgarrada franco-portugais et ami de Ferreira, et O'Antigo, un rappeur français d'origine portugaise. La chanson hip hop "Saudade (Foi Assim o Emigrante)" est une grande exclusivité sur cet album. Il s'agit là du tout premier rap que Ferreira enregistre pour l'un de ses albums depuis le début de sa carrière.
La qualité musicale de cet album est à son plus haut niveau, enregistré aux États-Unis et au Canada dans différents studios, l'album est produit avec l'excellente collaboration du musicien et producteur de la région de Toronto, Hernâni Raposo, celui-ci très investi pour ce projet. L'album marque également le retour en studio du plus connu guitariste live de Ferreira, José Ernesto Barros, après 8 années d'absence, mais seulement engagé pour jouer de la guitare acoustique.
Durant les mois d'octobre et novembre, Ferreira accompagne son fils Jordan, celui-ci en tournée américaine avec son groupe de rock ElixirOnMute. Ferreira fait alors parti du staff technique et devient le chauffeur du bus de cette Tournée Nationale d'Automne. Le père assiste à presque tous les concerts du fils, ce qui lui donne l'occasion de visiter les plus grandes villes américaines. En compagnie de son fils Jordan (guitare et voix), Jon Reshard (basse), Padget Nanton (batterie) et Evan La Ruffa (Tour Manager), Ferreira conduit le groupe dans le Massachusetts (Boston et Worcester), le Connecticut (Danbury), le New Jersey (Butler), la Caroline du Nord (Charlotte), la Géorgie (Atlanta), l'Oklahoma (Oklahoma City), le Texas (Austin et El Paso), le Nevada (Las Vegas), la Californie (Culver City et San Francisco), l'état de Washington (Seattle), le Minnesota (Minneapolis) et le Missouri (Kansas City et University City).

En 2012, Ferreira sort l'album événementiel "Kumolinho" (Culmoelleux). Il s'agit d'un album très folklorique et joyeux.
Sur cet album, Ferreira promouvoit le style musical du kuduro et parle des fêtes populaires et traditionnelles portugaises, des femmes, des amours, de son enfance, des conséquences néfastes du pouvoir de la finance, de la crise financière internationale, des manigances politiques, des injustices sociales et de l'écart économique extrême qui sépare les gens les plus riches des gens les plus pauvres. Plusieurs célébrités ont participé à la production de cet album. Ces derniers sont le batteur Robert Leonardo, aujourd'hui expatrié au Cap-Vert, et qui est revenu en Amérique du Nord pour travailler avec Ferreira sur seulement une chanson, le producteur canadien d'origine brésilienne Hernâni Raposo, le jeune chanteur californien de descendance portugaise Joey Medeiros, les cousins du Rhode Island Ricardo et Evaldo Estrella du duo musical "Young Fire", Nicky Lemos, le tour manager européen de Ferreira, ayant travaillé avec ce dernier en studio pour la seconde fois, le rappeur américain d'origine portugaise Brian Couto, ainsi que la chanteuse canadienne d'origine portugaise Sarah Pacheco.
Enregistré dans cinq studios d'enregistrement aux États-Unis (deux studios dans le Massachusetts, un dans le Rhode Island et un autre en Californie) et au Canada (un studio dans l'Ontario), l'album fût produit avec l'excellente collaboration de Hernâni Raposo, qui a enregistré plusieurs instruments musicaux, montrant ainsi sa versatilité professionnelle.
Peu de temps après sa sortie, cet album connaît un succès fulgurant, et particulièrement au Portugal où le single "Tiro Liro à Minha Maneira" atteint le top des ventes de disques du Portugal durant plusieurs semaines, et est diffusé régulièrement sur diverses radios du pays. Ce single devient le hit de l'été 2012 au Portugal. La chanson a été également remixée dans une version rap et incluse dans la tracklist finale de l'album comme chanson bonus, celle-ci comptant avec la participation du rappeur Brian Couto. Il s'agit là de la seconde collaboration de Ferreira avec un artiste hip hop. Les autres hits de l'album sont "Kumolinho", "Aperta o Cinto P'ra Calcinha Não Cair", "Que Bondade de Mulher", "Por Isso Vivo Sonhando", "Fechei as Portas ao Mundo" et "Pedaços do Meu Passado". Vendu à plusieurs exemplaires à travers le monde, "Kumolinho" est devenu un des meilleurs albums anthologiques de Jorge Ferreira.
En juin, Ferreira se produit en concert au Venezuela, au prestigieux Hotel Gran Meliá Caracas.
En octobre, Ferreira accompagne à nouveau son fils Jordan pour une nouvelle tournée américaine avec son groupe de rock ElixirOnMute. Ferreira reprend alors son rôle de chauffeur de bus. En compagnie de son fils Jordan (guitare et voix), Jon Reshard (basse), Padget Nanton (batterie) et Evan La Ruffa (Tour Manager), Ferreira conduit le groupe dans le Massachusetts (Boston), le New Hampshire (Allenstown), le New Jersey (Hoboken), l'Ohio (Columbus), l'Indiana (Fort Wayne), le Missouri (Kansas City) et le Wisconsin (Milwaukee et Madison).

En 2013, Ferreira commence l'année en beauté au mois de février, en participant à la première édition des International Portuguese Music Awards, événement qui s'est déroulé à New Bedford, Massachusetts, au prestigieux Zeiterion Theater. Il s'agit d'un événement comparable aux Portuguese Music Awards d'Amérique, le A.U.A. Awards Show, mais cette fois ci à l'échelle planétaire, réunissant plusieurs chanteurs et groupes portugais internationaux venus du monde entier, et y compris du Portugal. Créé à l'initiative de cinq professionnels de l'industrie musicale luso-américaine, Gary Sebastião, David Saraiva, Eric Amaral, Floriano Cabral et José Xavier, Ferreira s'y produit aux côtés de grands artistes internationaux, en donnant un show case pour clôturer l'événement et remporte également le trophée de la catégorie "variété" avec le morceau "Pedaços do meu Passado" extrait du dernier album. L'événement a été retransmis sur plusieurs chaînes portugaises, en direct aux États-Unis et sur internet, ainsi qu'en différé dans le monde entier.
Quelques mois plus tard, Ferreira apprend les décès de deux anciens musiciens avec lesquels il collabora dans le passé : Lina Paredinha, ancienne choriste live de Ferreira des tournées d'été annuelles au Portugal de 2009 à 2011, décédée à l'âge de 23 ans d'une tumeur cérébrale, ainsi que le célèbre Bob Miranda, grand batteur charismatique luso-américain qui a intégré les meilleures équipes orchestrales de Ferreira, et a joué pour celui-ci aussi bien en studio qu'en live. Miranda est décédé d'une attaque cardiaque. Il fût probablement le batteur le plus compétent que Ferreira ait connu dans sa carrière.
À l'occasion des fêtes du Jour du Portugal au mois de juin, Ferreira donne un grand concert mémorable aux États-Unis, se produisant en plein air sur la célèbre esplanade maritime touristique du Great Plaza de Penn's Landing, dans la grande ville de Philadelphie, État de Pennsylvanie.
Il sort l'album "À Minha Maneira" (À ma Manière). Cet album met à l'honneur la belle île portugaise de Madère. Ferreira chante sur de la musique traditionnelle madérienne et parle des traditions ancestrales de cette île, de sa nostalgie des Açores et de la maison de ses parents là-bas, des vieilles femmes, d'amour, des fêtes portugaises traditionnelles, de son statut d'immigré, de la danse en ligne américaine du Hully Gully, ainsi que de son intolérance envers les profiteurs, les injustices sociales, les voleurs, la corruption et les gouvernements incompétents. Plusieurs artistes ont prêté leur voix sur ce projet, dont Armando Pimentel, la chanteuse canadienne d'origine portugaise Stephanie Tavares, ainsi que le rappeur américain d'origine portugaise "The Craft", nom de scène de Karl Amaral. À noter sur les chœurs la voix du chanteur luso-américain Nelson (Nelson Rego), et sur la trompette et le trombone, le retour du musicien de longue date Joseph Pereira Jr., qui revient en studio pour travailler avec Ferreira après une longue absence de 7 ans. Du côté des chansons, Ferreira reprend la chanson traditionnelle madérienne "Bailinho da Madeira" et la ré-intitule "Bailinho da Madeira à Minha Maneira", dont une version rap est également disponible en bonus track sur le CD, devenant ainsi la troisième collaboration de Ferreira avec un artiste hip hop. Ferreira a aussi repris deux tubes du vieux groupe madérien de rockabilly, Conjunto Académico João Paulo, qui fût très célèbre au Portugal durant les années 60, en l'honneur de son chanteur principal Sérgio Borges, qui décéda en 2011. Ces chansons sont "Milena", une chanson d'amour datant de 1966, ainsi que "Hully Gully do Montanhês", une chanson rockabilly datant de 1965 et remise au goût du jour lors de l'enregistrement, donnant une chanson rock impressionnante de par son rythme dynamique et puissant. Ferreira a également repris son propre ancien tube, le vieux slow "Chau", 29 ans après la version originale, disponible en deux nouvelles versions : une en solo et l'autre en duo. La chanson folklorique "À Força Querem que eu Diga" a été enregistrée avec une cornemuse jouée par Ferreira lui-même, pour la première fois de sa carrière. Ferreira chercha un joueur de cornemuse professionnel et compétent durant un long moment, mais sans résultat au final. Il a donc pris le temps d'apprendre à jouer de la cornemuse pour cette chanson, et a finalement réussi à maîtriser cet instrument. Le résultat donne de belles mélodies celtiques. La musique traditionnelle açorienne est aussi représentée sur cet album, avec la chanson desgarrada "Velhas". Toutes les chansons de l'album furent enregistrées à Mississauga, Ontario, Canada. Pour la première fois de sa carrière, Ferreira laisse entièrement les reines de la production de cet album à un seul homme : Le musicien et producteur brésilo-canadien Hernâni Raposo, qui chaque année apporte sa touche personnelle et donne le meilleur de lui-même sur les albums de Ferreira. Robert Leonardo a également travaillé sur ce disque, assistant Raposo grâce à son expérience professionnelle.
Ferreira promotionne sa tournée 2013-2014 en fin d'année en se produisant sur scène pour des occasions spéciales : il donne un concert pour la première fois de sa carrière dans l'État de l'Idaho (plaines de l'ouest américain) aux États-Unis, dans la petite ville de Wendell, au Magic Valley Portuguese Hall, à l'occasion de la fête annuelle de Saint-Antoine le Grand. En France, il se produit en Alsace, au Dôme de Mutzig, à l'occasion de la première édition du concours "Lusartist", qui est un concours de chant organisé en France pour les luso descendants locaux et ceux du monde entier, ainsi que pour les portugais venant directement du Portugal qui ont tous un même objectif commun : débuter une carrière professionnelle dans l’industrie musicale. Pour cette première édition du concours de chant “Lusartist”, les 12 finalistes interprètent, avec leur orchestre, une chanson en live face au public présent dans la salle et à un jury composé de sept professionnels de la musique qui ont voté pour le candidat de leur choix. Ferreira est alors nommé Président du Jury aux côtés des autres membres du comité constitué de noms luso-français bien connus issus de l'industrie musicale, des médias et du monde des affaires du territoire français tels que Rodolfo Salvado, Alexandre Cardoso, Carlos Pereira, Artur Silva, Noémie Ramos et Nicky Lemos. Il se produit également en Suisse, au Genossenschaft Sporthalle Unterrohr Schlieren, à Schlieren (près de Zürich), à l'occasion du Portugal Stars, un événement qui réunit six des plus grandes célébrités internationales de la chanson portugaise. Ferreira partage donc la scène de cette salle avec la star internationale Lucenzo.

En 2014, Ferreira sort l'album "Canta com os Amigos - Desgarradas Inéditas" (Chante Avec les Amis - Desgarradas Inédites). Cet album est très spécial et différent en comparaison avec les précédents albums. Entièrement produit par Ferreira et enregistré chez lui dans son studio souterrain "City Limit Track" à Westport, Massachusetts, ce projet réunit plusieurs amis de Ferreira autour de chansons desgarrada uniquement. En effet, sur ce CD, certains d'entre eux sont des artistes renommés, spécialisés en musique portugaise traditionnelle. Ces derniers sont la diva de la pop portugaise Ágata, le rappeur français d'origine portugaise In-k (rappant en espagnol), le chanteur et musicien luso-suisse Pêga, le chanteur et musicien folk luso-américain Tony Carvalho (de Californie), le chanteur folk luso-américain António Azevedo (de Californie), la chanteuse et musicienne portugaise Cláudia Martins (chanteuse principale du groupe "Minhotos Marotos"), le jeune chanteur et musicien portugais Tiago Maroto, le chanteur français d'origine portugaise Mike da Gaita, le chanteur amateur de desgarrada franco-portugais Nelinho da Capela, et le chanteur et musicien franco-portugais Carlos Pires. Sur les choeurs, le chanteur luso-américain Nelson (Nelson Rego) revient de nouveau cette année. Sur la concertina, entre autres, sont présents Ricardo Ferreira, membre du groupe portugais "Minhotos Marotos", et le chanteur et musicien franco-portugais Nelson Costa. Il existe plusieurs tracklists différentes pour chaque édition : 9 chansons pour l'édition nord-américaine et pour l'édition européenne et mondiale, incluant la chanson supplémentaire "Malhão de Cinfães" pour cette dernière édition, et 12 chansons pour l'édition digitale de iTunes, incluant les morceaux instrumentaux supplémentaires "Vira dos Namorados", "Vira de Santa Marta" et "Vira do 8". Les chansons desgarrada sont d'une durée très étendue : la plus longue dure 10:10, et la plus courte dure 7:17. Complicité, taquineries, chaleur humaine, simplicité, sagesse, amusement, divertissement, humour, et esprit de camaraderie constituent l'atmosphère générale qui caractérise cet album. Ferreira et ses amis parlent du Portugal et de leur "saudade" et passion pour leur terre natale, de leur statue d'immigré pour les expatriés, des difficultés et sentiments éprouvés pour encaisser les mauvais coups du quotidien de la société actuelle, des vieilles femmes açoriennes, du bon vieux temps, de la beauté des paysages portugais, mais aussi de l'incompétence du gouvernement portugais, des injustices sociales et de la corruption au Portugal. Ferreira reprend la chanson portugaise traditionnelle "Malhão de Cinfães", qui est une chanson bien connue au Portugal, déjà reprise par de nombreux artistes tels que Amália Rodrigues et Roberto Leal, entre autres. Cette chanson marque la quatrième collaboration de Ferreira avec un artiste hip hop (In-k). Également, il s'agit de la seule chanson de l'album qui ne soit pas une desgarrada, mais une chanson folklorique portugaise. Le musicien et producteur brésilo-canadien Hernâni Raposo n'a pas produit cet album, mais a enregistré diverses sessions d'instruments et réalisé la masterisation finale. Le batteur et producteur Robert Leonardo s'est beaucoup investi sur ce disque. Il montra sa versatilité professionnelle en jouant également de la guitare acoustique et des claviers.
Au mois de septembre, Ferreira donne trois grands concerts en Afrique du Sud, dans la commune de Brakpan, où il s'y produit sur la grande scène internationale du Big Top Arena du Carnival City Casino and Entertainment World de Johannesburg. De nombreux artistes internationaux très célèbres ont été représentés dans cette salle de concert prestigieuse, tels que Bryan Adams, James Blunt et Kris Kristofferson, parmi bien d'autres… Sa tournée passe également par l'Angleterre en novembre, où il s'y produit dans des hôtels luxueux des îles anglo-normandes de Jersey et Guernsey, respectivement dans les villes de Saint-Hélier et Le Valle.

En 2015, Ferreira sort l'album "Quem Ganha são as Mulheres" (Qui Gagnent Sont les Femmes).
Très féministe et léger, cet album met à l'honneur toutes les femmes, ainsi que leur pouvoir et domination sur les hommes au quotidien. Quasiment tous les morceaux tournent autour du sujet de la femme. Pour la première fois de sa carrière pop versatile, Ferreira adopte un nouveau genre musical venu tout droit du Brésil : la música sertaneja. Les chansons sertaneja “Dona Maria Benta (Já com Perto de 90)” et “Nunca Mais Ponho a Colher (Entre Marido e Mulher)” sont plus précisément des chansons "sertanejo universitário" (sertanejo universitaire), un sous-genre de la música sertaneja. “Desgarrada do Carro Preto” est une chanson desgarrada qui porte sur l'histoire de la voiture noire de Ferreira (en référence au célèbre tube de Ferreira “Carro Preto”), décrivant ce que cette vieille voiture est devenue aujourd'hui. Les artistes invités sur ce CD sont le chanteur de desgarrada franco-portugais Mondim, ainsi que le chanteur de folklore portugais Carlos Ribeiro, tous deux comme voix principales sur les chansons desgarrada, la chanteuse luso-américaine Ana Lisa, de retour sur les chœurs depuis sa dernière prestation sur l'album de 2009 de Ferreira “Ser Português”, le chanteur et musicien américain d'origine portugaise Josh Pereira, à la guitare acoustique et guitare ténor, le pianiste et producteur américain Joel Hiller, de Milton, Massachusetts, de retour au piano, le célèbre et populaire chanteur et musicien cap-verdien Khaly Angel au piano, ainsi que le chanteur et accordéoniste portugais Helder Baptista à la concertina.
Cet album est à la fois visionnaire et introspectif. Sur la partie visionnaire, Ferreira parle des contraintes que les hommes doivent endurer dans une vie de couple, de la sensualité, de la beauté féminine, de la séduction, du désir passionnel et ardant, de l'intensité des sentiments amoureux, de la recherche de l'âme sœur, de l'amour profond, de romantisme, d'affection, de tendresse, de douceur, du bonheur en amour et de la poésie amoureuse dans une relation, des yeux envoûtants et séducteurs des femmes, des femmes actives du troisième âge se comportant comme de jeunes bimbos modernes, d'une querelle domestique violente et animée entre un mari ivre et sa femme, terrifiant le voisinage et le faisant interagir. Dans la partie introspective, Ferreira parle de lui-même : de ses longues années de carrière et de sa vie d'artiste, de sa volonté de continuer à chanter jusqu'à la fin de sa carrière, de ses bons et mauvais moments passés entre amis et connaissances variées et désormais remémorer avec nostalgie, ainsi que de son amour pour la région nordique portugaise du Minho et pour son vin bon et fort. Comme d'habitude, l'esprit de camaraderie, la décontraction, la simplicité, la sagesse, les difficultés et la dure réalité que l'immigration fait endurer, la "saudade" et l'amour pour le Portugal et les bons vieux temps, l'humour, les mots à signification sexuelle, les joutes verbales piquantes, les taquineries et le divertissement caractérisent les chansons desgarrada.
Produit par Ferreira aux États-Unis et par le batteur et producteur Robert Leonardo au Cap-Vert (Afrique de l'ouest), cet album a été enregistré dans 4 pays et dans 5 studios différents : un studio aux États-Unis, deux studios au Portugal, un studio en France et un studio au Cap-Vert. Le studio de Leonardo, XL Produções, possède trois locaux : son siège à Praia (Cap-Vert), un local à Lisbonne (Portugal) et un local à Fall River, Massachusetts (États-Unis). Seuls les locaux cap-verdien et portugais ont été utilisés pour enregistrer quelques instruments ainsi que des morceaux entiers. Nicky Lemos, le Tour Manager européen de Ferreira, en a fait autant dans son studio en France, au K-Lypso Studio, de même que le producteur et musicien de folk portugaise Henrique Cedovim, dans son studio O Provinciano, au Portugal.
En août, pour la seconde fois aux États-Unis depuis 1999, Ferreira est la pop star tête d'affiche désignée à la Fête du Saint-Sacrement de New Bedford, Massachusetts. Ce grand festival madérien est tout simplement le "Plus Grand Festival Portugais du Monde" et le "Plus Grand Festival Ethnique de la Nouvelle-Angleterre". À la fin d'une longue journée où plusieurs chanteurs et groupes américains et portugais ont joué sur scène, Ferreira clôture ce magnifique festival, en tant que 15ème et dernier artiste sur scène, en offrant un grandiose concert à l'air libre au Madeira Field, chantant devant plus de 100 000 spectateurs.

En 2016, Ferreira fait un break en quittant progressivement les studios et reporte tous ses projets futurs pour l'année suivante. Sous les directives de la compagnie "Espacial Música", sa maison de disques européenne basée au Portugal et gérant ses distributions discographiques en Europe, en Afrique, en Asie et en Océanie, il sort la compilation "Best Of", incluant 21 tubes classiques de 1994 à 2013, ainsi qu'un single inédit intitulé "Eu te Amo Portugal" (Je T'aime Portugal). Ce single est commercialisé en Amérique en version digitale (MP3), et seule la compilation européenne de base restera disponible uniquement en dehors des continents américains.
La chanson "Eu te Amo Portugal" a été enregistrée à l'occasion de l'Euro 2016 de football organisé en France afin de célébrer et supporter le parcours de la sélection nationale portugaise de football dans ce championnat d'Europe. À travers les paroles, Ferreira transmet aussi un message de remerciement à tous les portugais qui l'ont accueilli, aussi bien au Portugal comme au sein des communautés portugaises de l'étranger. La chanson, qui n'appartient pas à Ferreira, s'intitule à l'origine "Eu te Amo, meu Brasil" (Je T'aime, mon Brésil) et a été écrite et composée par Eustáquio Gomes de Farias, chanteur du duo brésilien "Dom & Ravel" devenu célèbre au début des années 70 grâce à cette chanson qui propulsa le duo au sommet des hits parade brésiliens. Le single est sorti en 1970 à l'occasion de la Coupe du Monde de la FIFA de football de 1970 organisée au Mexique afin de célébrer et supporter le parcours de la sélection nationale brésilienne de football dans ce championnat du monde. La chanson gagna davantage en popularité avec sa reprise par le groupe brésilien de pop rock "Os Incríveis", dans le courant de l'époque. Cataloguée au Brésil comme étant une chanson d'exaltation ufaniste de la patrie brésilienne, elle fût très utilisée et interprétée durant le régime militaire dictatorial du Général Médici, à l'occasion de divers événements civiques. Le genre musical de la chanson originale interprétée par Dom & Ravel est la folk brésilienne, alors que la version interprétée par le groupe Os Incríveis est une marche militaire. Ferreira, quant à lui, réadapte la chanson à la tendance musicale actuelle sur un rythme de kuduro. Dom, nom de scène de Eustáquio Gomes de Farias, décéda le 10 décembre 2000 d'un cancer de l'estomac, et son frère Ravel, nom de scène de Eduardo Gomes de Farias, décéda le 16 juin 2011 d'une attaque cardiaque.
Produit par Ferreira et par le batteur et producteur Robert Leonardo, le single "Eu te Amo Portugal" a été enregistré à Praia (Cap-Vert), au studio XL Produções, studio de Robert Leonardo. Il est à noter que "Best Of" est la troisième compilation de Ferreira avec titre inédit, devant les précédentes "A Chupeta", en 2001, et "Eu Voltarei", en 2000, cette dernière comprenant deux titres inédits.

Tout au long de sa carrière, Ferreira a enregistré de nombreux projets discographiques. À ce jour, il totalise 43 albums studio, 4 EP studio, 33 singles, 49 compilations, 3 albums live, 24 collaborations musicales, 2 VHS, 9 DVD, ainsi que 156 clips vidéo tournés.

Aujourd'hui, Ferreira est auteur, compositeur, interprète, musicien, producteur et diplomé en musicologie. En dépit de son succès mondial, il dépend toujours du dictionnaire portugais pour écrire ses chansons. Le nom de Jorge Ferreira est connu dans tous les pays et régions lusophones. Sollicité par les plus grands imprésarios, il apparaît sur les meilleures scènes du monde et il est l'artiste qui laisse le plus de souvenirs dans les endroits où il passe. À une époque, il lui arrivait de parcourir en tournée de 16 à 20 pays par an. Parfois, il est invité par les autorités américaines à venir interpréter l'hymne national portugais à l'occasion de championnats mondiaux de football, habituellement lorsque la sélection nationale portugaise dispute des rencontres sur le territoire américain. Aujourd'hui connu au Portugal comme l'un des meilleurs artistes et compositeurs de la musique pop portugaise, avec environ plus de 6 millions de disques vendus à travers le monde. Marquant l'histoire avec chaque note de musique, Ferreira est le chanteur portugais le plus célèbre des États-Unis en tant que référence première en musique portugaise.

La scène n'est pas le seul territoire de Jorge Ferreira. Il peut parfois se trouver dans son studio d'enregistrement où il produit sa propre musique, comme il peut parfois produire celle d'autres artistes locaux et d'ailleurs. Son brillant repertoire contient plus de 40 albums enregistrés, incluant parmi eux 30 disques d'or, 8 disques d'argent et 14 disques de platine, et compte près de 600 chansons à son nom parmi lesquelles 400 ont été enregistrées par lui-même et 12 autres ont été écrites pour d'autres artistes tels que José Ribeiro, Luís Manuel, Luís Filipe Reis, Tony Carreira et plusieurs autres résidant dans d'autres pays. Ferreira a aussi offert l'opportunité à d'autres artistes de se produire durant les premières parties de ses concerts, où quelques uns d'entre eux y ont commencé leur carrière professionnelle. Il fût l'homme d'affaire le plus entreprenant de l'année 1995 à Fall River en étant nommé "Portuguese Business Association’s Man of the Year", en l'honneur de son évolution des parquets d'usine à la renommée mondiale et aux millions de disques vendus, récompensé en tant que “Ambassadeur de la Musique Portugaise dans le Monde” au Trump Taj Mahal Casino Resort d'Atlantic City, a reçu la clé de la ville de Toronto, Canada, par le maire de celle-ci, reconnu par le Gouverneur de l'Ontario comme le premier artiste à avoir rempli les 16 000 places du Standard Bank Arena de Johannesbourg, Afrique du Sud, suivi par Stevie Wonder et Tracy Chapman. Il fût le seul artiste portugais à être invité à donner trois concerts consécutifs au Caesar’s Palace de Johannesbourg, Afrique du Sud, le premier artiste portugais à se produire et remplir le Civic Center de San José, Californie, le premier artiste portugais à se produire et remplir le Parc des Nations Unies à Caracas, Venezuela, le premier artiste portugais à se produire et remplir les grandes arènes de Sydney, Melbourne et Perth, Australie, ainsi que les grandes scènes de France, Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Luxembourg, Belgique, Portugal, Brésil, États-Unis, Canada, Mexique, Japon, Philippines, Timor Oriental, Maroc, Côte d'Ivoire, Gabon, ainsi que celles de quelques pays aux Caraïbes tels que les Bermudes, Aruba, Curaçao et Saint-Barthélemy. D'innombrables groupes musicaux continuent à jouer encore de nos jours ses chansons les plus connues.

La famille de Jorge Ferreira est composée de son épouse Yvonne Ferreira (co-productrice de certains clips en sa collaboration et animatrice radio de "WJFD Radio Globo", station de radio portugaise de New Bedford, Massachusetts), ainsi que de ses enfants Alison, Elizabeth Marie et Jordan (du groupe ElixirOnMute), tous dévoués à la musique.

Bien plus de choses pourraient être racontées au sujet de Jorge Ferreira qui, durant son enfance, a connu la famine à plusieurs reprises, et reçut sa première paire de chaussures à l'âge de 12 ans, mais aujourd'hui sa musique atteint les coins les plus éloignés de la planète. Seul un livre biographique ou même un film pourrait raconter l'étonnante histoire de sa vie entière.

Psychologiquement, Jorge Ferreira est un homme timide et réservé. Dôté d'une personnalité simple et humble, en dépit de son succès, Ferreira n'a jamais cessé d'être amical et sympathique et n'a jamais oublié le long chemin épineux de sa triomphante carrière qu'il a traversé avec courage.
Sa manière d'être dans la vie quotidienne, son honnêteté et sa sincérité font de lui une personnalité respectée et aimée de tous. Même résidant de l'autre côté de l'Atlantique, il n'oublie jamais son pays et ses racines. Lutteur infatigable, c'est un valeureux artiste rempli de volonté de vaincre et il remerciera toujours les États-Unis, ce pays qui lui a offert l'opportunité de conquérir le prestige et la célébrité qu'il possède aujourd'hui. Lorsqu'il remporte un disque d'or ou lorsque l'une de ses chansons devient un grand succès, il accepte la récompense avec une impressionnante image de modestie et de timidité.

Le secret du succès de Jorge Ferreira est sa voix magnifique, son envieux talent communicatif avec le public, son orchestre musical composé de musiciens professionnels et d'instruments de musique fabriqués aux États-Unis, ainsi que son studio d'enregistrement automatisé "City Limit Track" équipé de la technologie la plus sophistiquée du moment. Ses textes reflètent toutes les tristesses, joies, nostalgies et amours de tous les portugais immigrés dans le monde qui, à travers ses chansons, cherchent un moyen de se sentir plus près de tout ce qui est portugais. Ferreira joue avec les mots dans diverses situations du quotidien. Il mélange la pop rock américaine avec la musique portugaise traditionnelle et le résultat est compatible et impressionnant. Il chante sur divers styles musicaux, allant d'un extrême à un autre, passant par la country, le rock, la pop, la pop rock, le rockabilly, la folk américaine et le rap (États-Unis) la dance et les slows (Royaume-Uni), le reggae (Jamaïque), le flamenco (Espagne), la musique latine (Amérique hispanique), la lambada et la música sertaneja (Brésil), les chansons de Noël et la musique italienne traditionnelle (Italie), le kizomba et le kuduro (Angola), le fado, la pop portugaise, la musique portugaise traditionnelle et le folklore portugais (Portugal).

Modifier ce wiki

Pas envie de voir des annonces ? Abonnez-vous dès aujourd'hui

Liens externes

API Calls