Lecture via Spotify Lecture via YouTube
Accéder à la vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Vous scrobblez depuis Spotify ?

Connectez votre compte Spotify à votre compte Last.fm et scrobblez tout ce que vous écoutez, depuis n'importe quelle application Spotify sur n'importe quel appareil ou plateforme.

Connexion à Spotify

Ignorer

Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Wiki

Album de la semaine FIP du 5 au 11 avril
Album de la semaine Radio Campus Dijon 3 au 19 mai
Album de la semaine Radio Pays d'Hérault 17 au 23 mai

———-

Après le Portico Quartet, l’autre sensation du moment, c’est Frix. Quartette frenchy aux moyens bien plus modestes que leurs confrères d’outre-Manche, leur « The Show Was Not Good » (Clapson/Petit Label) donne envie de courir nu dans les rues avec un mégaphone à chanter: « le Frix c’est chic! »« La vie est une partouze » chantait ce bon vieux Arno pour nous faire chialer comme un patineur qui vient de louper son triple loops. Avec Frix, la musique est une orgie sonore qui donne la patate pour deux semaines (nuit comprises). Doté d’un sens du groove à faire danser les cul-de-jattes (ça va de soi), les quatre garçons aime les salades bien mélangées avec des sauces qui filent de bobos au neunoeil. Amis de la race pure, passez votre chemin, chez eux le métissage, c’est une hygiène de vie: un bol de dub au petit déj’, une fricassée de funk à la pause déj réhaussée d’un litron de psyché, sans oublier l’obligatoire digestif swing. Et pour finir une bonne vieille soupe de BO de films de série Z comme on les aime pour le dîner. Ajoutez quelques grammes bien sentis de claviers vintage-retro-futristes-has been et une pincée de samples d’ambiance et vous obtenez la sensation hexagonale du moment. Les fans de Martin, Medeski & Wood, Mr Bungle et de Sex Mob peuvent sortir le carnet de chèques directos, les autres ont encore le concert de jeudi (29 avril) l’Entrepôt pour tomber crack love. Nous c’est déjà fait.
Criss Cross Jazz

Comparé à Medeski Martin & Wood, le quartette Frix s'est taillé un son et une réputation en se tapant quelques bonnes tournées des clubs. Les voilà de retour avec un troisième album qui pousse le pitch encore un peu plus loin, intégrant des voix samplées et élaborant un furieux mélange des genres, du funk freak aux ballades balkaniques, des saturations rock aux grooves pointillistes, du "I Want You" des Beatles totalement relooké à une réprise de l'antique chanteur coréen Bae Ho, sans jamais perdre le bon sens du swing. - Jacques Denis
So Jazz

Le show, je ne sais pas, mais le disque, good, il l’est. Groovy à souhait, Frix, édité par Le Petit Label donne envie de danser un samedi soir, de se balader dans la matinée et d’écrire les après-midis de pluie. Quelques notes au clavier, une batterie, la basse par-dessus, Etienne de la Sayette (as, ts, cl, samplers), Ivan Réchard (cb, elb), Cyrille Méchin (ts, cl) et David Georgelet (dr) nous convertiraient presque au funk. Presque.
Car de funk, point trop n’en faut. Ça tombe bien, tout est affaire de dosage, de mélange, d’appréciation, de juxtaposition. Une lichette de dub par ici, un soupçon de swing par là, une pincée de générique américain, une ou deux musettes, quelques phrases allemandes sur fond d’électro-noise au beau milieu de “Sex toy”, Frédéric Mitterand à propos de Marcel Pagnol réinventé par un slammeur… Le tout enrobé d’une savoureuse sauce qui assure une homogénéité admirable… le talent, peut-être ? Ambiance zappaienne pour les uns, orgie sonore pour les autres, inventivité et humour sont assurément au rendez-vous ! In Frix we trust.
Pour le show, j’irai vérifier le 15 juin à l’Olympic. Mais je ne me fais pas trop de souci.
WordPress

Entrez, mesdames et messieurs, le spectacle va commencer ! Vous allez entendre des choses étonnantes et vous vivrez le grand frisson qui fait peur et le rire qui donne des secousses entre les oreilles… Frix va vous frictionner les neurones, vous permanenter les sourcils, vous électriser les orteils. Ne manquez pas cette expérience unique mesdames, messieurs, il n’y en aura pas pour tout le monde, surtout si vous choisissez l’édition limitée sous pochette cartonnée, sérigraphiée, collée à la main du Petit Label !
Du jazz série B (C, D…, limite classé X ?) avec de hémoglobine plein les pavillons des saxes, une batterie tranchante qui ne vous évitera pas la strangulation à la corde de basse… Une expérience à couper le souffle (au moins !) grâce une joyeuse équipe de solides musiciens bigrement inventifs et impertinents comme des ados en folie. Derrière cette apparente dérision, on perçoit toute la qualité du travail d’un quartet soudé et inoxydable à écouter dès maintenant et à voir au plus vite ! - Thierry Girard
Culture Jazz

****
Qui est Frix? D'où nous vient ce quartet à la marge qui sort son troisième opus, un ovni intitulé « The Show Was Not Good »? Pour vous faire une idée de ce qui vous a été préparé, jetez un oeil à la pochette… cela ne vous éclaire pas plus pour autant, me direz-vous? On y voit pourtant une jeune femme sexy et inquiète de se voir découpée par un savant fou et un bourreau visiblement très motivé. Ambiance zappaienne assurée: « Freak out » aurait marmonné le grand Franck.
Frix, c'est quatre garnements qu'on imagine doucement insolents (« In Frix We Trust »), un peu provocateurs (« Clinton Bugs », « Sex Toys ») mais tout à fait dans le vent. Pour preuve, « The Show Was Not Good » a été élu cd de la semaine (du 5 au 11 avril dernier) sur FIP.
On commence à voir le nom de David Georgelet, le batteur, dans beaucoup de formations jazz, plus académiques que Frix (Max Pinto, Sandro Zerafa). Etienne de la Sayette est aussi le saxophoniste du groupe ethno-jazz Akalé Wubé et, même s'il n'est pas connu par le plus grand nombre, on croise son nom dans le milieu jazz sur des projets aventureux. Bref, les musiciens de Frix connaissent la musique!
Frix mélange la simplicité du groove et d'un funk dépouillé à une savante concoction de musiques plurielles. Frix donne vie à une musique truculente et énergique grâce à un travail important de post-production Ainsi il communique sa douce folie en combinant des samples vocaux à l'ambiance délurée avec un brin d'électro-noise bien vu: « Sex Toys » mêle des interjections en allemand avec des bruits … de jouets; à partir d'un extrait d'un discours de Frédéric Mitterand à propos du Schpountz de Marcel Pagnol aux Césars au début des années 90, « Fripo » rythme sa cadence sur sa voix et fait slammer notre « alors-futur » ministre de la culture bien malgré lui. L'humour déjanté, à la Zappa, associé à une folie musicale, qui rappelle les heures de gloire d'un punk qui aurait muri, sont aussi des éléments de la réussite de « The Show Was Not Good ».
Unique Frix? Certainement, mais avec des similitudes évidentes avec « Ca Urge » de Lilliput Orchestra de Laurent Rochelle. Avec l'homogénéité en plus, du début à la fin de l'album. Musique géniale sur cd très attendue sur scène. - Jerôme Gransac
les dernières nouvelles du jazz

Renouer avec le bien
L'idée de louer un 1 1/2 dans une grande ville comme New York ou Chicago m'était auparavant insensée. Ayant vécu dans un Montréal aux tarifs modestes, comment pourrais-je sacrifier l'espace et le confort pour un minable taudis. "Habiter dans une capitale culturelle mondiale n'a pas de prix!" me rétorquait sans cesses mes acolytes du bureau. Ce n'était pas suffisant. Jamais allais-je troquer mon allocation alimentaire pour me noyer nuit après nuit dans l'alcool des cave à jazz du Theatre District. Jamais allais-je me retrouver à jouer à "passe-cigarette" avec des inconnus en espérant calmer cette envie de nicotine qui allait se déclarer après cette troisième invasion coquerellienne. Jamais. Mais tout ça c'était avant ma découverte du quartet parisien Frix. Maintenant, je suis fauché, en moins bonne santé et toujours sans nouvelle de ma copine depuis qu'elle m'a quitté pour Lisbonne avec cet homme à la coupe rasta, mais je goûte la vie. Tout ça, grâce à Frix. Et Prague.
CISM

Frix - The Show Was Not Good
Le quartette parisien n'étant plus à cela près pour découper le jazz en quatre d'un sérieux humour décalé (paix à Zappa), le voilà qui revient le décaper de grooves afrobeat, cinémacide, reggae dub ou psyché.
Lylo # 305

Modifier ce wiki

Pas envie de voir des annonces ? Abonnez-vous dès aujourd'hui

API Calls