Lecture via Spotify Lecture via YouTube
Accéder à la vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Vous scrobblez depuis Spotify ?

Connectez votre compte Spotify à votre compte Last.fm et scrobblez tout ce que vous écoutez, depuis n'importe quelle application Spotify sur n'importe quel appareil ou plateforme.

Connexion à Spotify

Ignorer
Ignorer

As your browser speaks English, would you like to change your language to English? Or see other languages.

Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

  • Né(e) le

    1960 (âge 59)

  • Né(e) en

    Buckinghamshire, England, Royaume-Uni

Au cours de cinq CD, le guitariste Chris Standring s’est distingué dans le monde du jazz contemporain avec des compositions aventureuses et lyriques à la perfection pure-pop, des solos de guitare éblouissants et des beats épais. Ses tendances et ses riffs de jazz ont toujours été au premier plan, mais il a élargi son son avec le rock, le blues, le R & B et les éléments électroniques.

Avec son sixième CD, Blue Bolero , Standring revient avec un projet musical tourné vers la gauche si audacieux mais toujours aussi fidèle à son son qu’il est destiné à être l’un des projets les plus discutés de l’année, sans aucun doute dans les mémoires années à venir en tant que point culminant des travaux du guitariste. Il prend une chance avec Blue Bolero , mais c'est ce que ses fans vont certainement adopter en suivant la carrière en constante évolution de Standring. "Je pense que celui-ci est probablement le CD le plus honnête que j'ai enregistré jusqu'à présent", explique Standring. "Je ne me souciais pas des contraintes commerciales. Je ne me souciais pas d'avoir des invités spéciaux sur l'album pour créer une perception des ventes et du marketing. Tous ceux qui ont joué sur ce CD étaient là parce que je pensais qu'ils étaient les meilleurs pour aider à réaliser cet album. "

Blue Bolero , qui sortira le 2 mars 2010 sur le label Ultimate Vibe Recordings, est un CD qui conserve les fameux «pop hooks» de Standring tout en liant généreusement les éléments orchestraux. Dans le même temps, le solide paysage sonore est profondément enraciné dans le territoire du jazz avec un trio organique propulsé par Standring, le batteur Dave Karasony et le contrebassiste Larry Steen. "Cela fait des années que j'ai l'ambition d'enregistrer un album avec un orchestre", a déclaré Standring, qui a passé un an et demi à peaufiner le CD. "Chaque fois que je pensais avoir fini, je pensais à ce que je pouvais faire pour l'améliorer. Je me suis vraiment mis au diapason avec l'orchestration et l'arrangement. Je ne voulais pas rendre la musique trop sombre et balayée par le vent. certainement destiné à être amusant - mais en même temps, il a des éléments musicaux qui reflètent ma formation musicale, ses influences et son environnement culturel. La musique est basée sur plusieurs thèmes et représente une humeur très réfléchissante tout au long. "

L'un des thèmes particuliers est très cinématographique, et Blue Bolero représente, explique M. Standring, le voyage qu'il a entrepris en tant que jeune musicien pour la personne qu'il est aujourd'hui. Musicalement, il retrace sa vie depuis son éducation dans une ferme en Angleterre, faisant un déménagement à Londres et finalement sa réinstallation à Los Angeles. Dès que Standring a commencé à explorer des échantillons d'orchestre, il a créé ce qui est devenu le premier morceau du CD, le «Overture» de plus de huit minutes, avec trois sections distinctes, dont du jazz swinging. Après cela, la volonté de réaliser un projet entièrement thématique est devenue la passion de Standring.

La chanson titre, "Blue Bolero", est la version de Standring sur le boléro espagnol, un autre des thèmes du CD, son rythme de progression stable sous la guitare et l’orchestration de Standring, la basse acoustique de Steen et le violon de Barbara Porter. Comme le célèbre "Bolero" de Ravel, il s’agit d’un point culminant musical. "C'est la première chanson du CD à présenter un accord mineur avec un septième majeur, et c'est quelque chose qui unifie l'ensemble du projet", déclare Standring. "C'est un accord particulièrement sombre et que les compositeurs de cinéma aiment à tirer de temps en temps en raison de ses qualités cinématographiques."

"Please Mind the Gap", qui met en vedette l'orchestration et l'excellent solo de flûte alto de Katisse Buckingham, tire son nom du système de métro de Londres et rappelle les aventures de Standring lors de voyages dans la grande ville. Il est rapide et optimiste, et avec un morceau plus tard appelé "Sensual Overload", il rappelle les nombreux singles pop jazz brillants et rebondissants de Standring. On trouve le bookend "Please Mind the Gap" avec "Fast Train to Everywhere", marqué par son rythme battant et le violoniste de Porter.

Standring se souvient de son entraînement de guitare classique avec "Regarding Tetchwick", un interlude de guitare solo où l'on entend les doigts courir le long du manche, le doux son de la pluie, son seul accompagnement. Comme pour "On Second Thoughts" et "À la fin de la journée", cela prouve que les compétences du musicien ne se limitent pas à la guitare électrique. On peut dire la même chose pour le premier single radio, "Bossa Blue", qui présente la guitare solo à cordes nylon de Standring sur un rythme latin. Ce morceau enivrant a aussi un crochet vocal dans le refrain: Le mode chant chante à l’aide d’effets vocaux et ajoute une touche subtile de jazz vocal.

"Contemplation" est un numéro jazzy avec des pinceaux rapides, une contrebasse et la guitare jazz archtop de Standring affichant toute sa dynamique. Cela reflète les nombreuses heures de pratique de Standring dans la pratique de la guitare; en dehors des cris heureux des enfants sont entendus. "Sur mon passé, plus d’albums géniaux, j’ai certainement appris à rivaliser avec un groupe bruyant, mais souvent à un coût", dit-il. "Jouer une chanson comme celle-ci permet vraiment à l'instrument de respirer et je peux prendre du temps et de l'espace pour faire chanter l'instrument. Je pense que c'est une subtilité que l'on privilégie avec l'âge et l'expérience."

"Lost in Angels" tire son titre des premiers jours de Standring à Los Angeles, un étranger dans un pays étrange aux prises avec des choix et des opportunités. C'est le numéro le plus sombre et le plus mystérieux du CD, une pièce presque entièrement orchestrale qui capture le noir de la ville tout en intégrant le thème du boléro avec la caisse claire de Karasony et les coups de violon de Porter. L'ambiance est allégée avec "March of the Bowler Hats", une chanson qui correspond à la syncope de la démarche rapide des gentlemen de la ville anglaise qui donnent son titre à la chanson.

"Bolero Finale" lie les éléments thématiques de Blue Bolero . "J'ai pris une mélodie du thème original ~ Bolero et changé la clé, repris le tempo et en ai fait une valse de jazz", explique Standring. "Ce dernier morceau est une célébration de la vie, où le véritable point culminant de la chanson se produit dans la dernière partie du solo de guitare avant que la mélodie ne se reproduise."

Si Blue Bolero apporte un peu de lumière musicale sur le voyage de Standring, des mots réguliers peuvent étoffer un peu les choses. Après avoir joué de la guitare classique solitaire à la ferme d’Aylesbury, il a ensuite étudié au London College of Music et a écrit de la musique pour la BBC avant de s’installer à Los Angeles en février 1991. C'est là que jouer avec Lauren Christy, une chanteuse britannique qui avait également déménagé en Californie du Sud. (Lee a été sur tous les CD de Standring, et sur Blue Bolero revient avec un solo de Fender Rhodes sur "Overture"). En 1996, Standring et Lee ont sorti un CD acid-jazz de leur groupe Solar System sur Sonic Groove Records. Le CD, comportant des reprises vocales de «Walk on the Wild Side» et de «Me & Mrs. Jones», a présenté au monde les airs instrumentaux vibrants de Standring.

En 1998, Standring a fait ses débuts en solo avec Velvet , avec le succès "Cool Shades", le premier des deux disques qu'il a enregistré pour Instinct Records. Le deuxième, 2000 Hip Sway , proposait la radio de jazz lisse du même nom. Son prochain album, Groovalicious en 2003, a livré les succès "Is not Mad Atcha" et "Miss Downtown Sugar Girl". En 2006, Soul Express de Standring - qui présentait le tube de Paul Brown, "I Can Not Help Myself" - a connu un succès immédiat tant auprès des fans que des critiques. Il a été suivi par Love & Paragraphs en 2008, qui présentait le hit du même nom qui a été créé dans une vidéo qui a eu presque 20 000 visites sur YouTube. Art Good nommé Love & Paragraphs Jazztrax meilleure chanson de 2008.

Au fur et à mesure de sa progression, Standring est devenu un incontournable de la tournée de jazz contemporain, en interprétant des dates en solo et des attractions telles que les populaires guitares et les saxes. Il a joué plusieurs fois au prestigieux Catalina Island JazzTrax Festival et a créé sa propre tournée intitulée “Soul Express” avec, entre autres, le légendaire claviériste Jeff Lorber et la chanteuse R & B Jody Watley.

Même si Standring reste occupé à faire des tournées et à enregistrer de la nouvelle musique, il est connu pour son esprit de redonner aux autres musiciens. Dans cette optique, il a fondé A & R Online ( aandronline.com ), un lieu où les musiciens en herbe peuvent faire entendre leur musique et se familiariser avec l’industrie. En 2006, Standring a dévoilé son dernier cours de guitare offert sur CD-ROM, Guitar Made Simple (guitarmadesimple.com). Le cours d'étude à domicile est conçu pour les guitaristes débutants et intermédiaires et comprend 12 chapitres couvrant tout, de la tenue de la guitare et des accords d'apprentissage à des procédures plus complexes. "C'est différent des autres simplement parce que c'est ma méthode personnelle", dit-il. "Avec chaque exemple, vous pouvez cliquer pour entendre ma lecture, et il y a beaucoup de vidéos où vous pouvez me voir jouer." Ce cours fait suite à un précédent créé Standring appelé Play What You Hear .

"Le voyage a été long et ambitieux", déclare Standring. "Parfois, je me demande si la vie est plus facile quand on a moins d'ambitions. Peut-être qu'il y a moins de déception et que sentir les roses est un peu plus facile. Mais quand je regarde en arrière, je sais que j'ai fait les bons choix." Il n'y a pas de règles bien sûr, nous créons les nôtres, et c'est la chose merveilleuse de la vie. Les gens sont aussi uniques que leurs voyages personnels. "

Modifier ce wiki

Pas envie de voir des annonces ? Abonnez-vous dès aujourd'hui

API Calls