Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

Français d’origine marocaine, né à Jérusalem en 1953, Armand Amar passe son enfance au Maroc. Fort des sésames d'instruments jugés alors exotiques, il part tôt à la rencontre de cet "ailleurs" promis par des musiques extra-européennes. D’abord en autodidacte, toujours à la recherche très physique des expériences, puis pendant des années marquées au sceau d'un engagement total, qui le conduisent à pratiquer les tablas, à découvrir le zarb ou les congas, auprès de différents maîtres de musiques traditionnelle et classique.

Suit en 1976 la découverte de la danse, à l'invitation du chorégraphe sud-africain Peter Goss, anthropologue de formation. Soudain, ce qu'il recherche est là : un rapport direct à la musique, le pouvoir d'improviser sans contraintes, les vertus de l'échange in situ. Il travaille depuis, avec un nombre considérable de chorégraphes appartenant à tous les courants de la danse contemporaine (Marie-Claude Pietragalla, Carolyn Carlsson, Francesca Lattuada, etc.). Deux aventures parallèles enrichissent sa palette : son implication dans l'école de comédiens d'un Patrice Chéreau et l'enseignement au Conservatoire National Supérieur sur les rapports musique et danse.

Un syncrétisme d'influences spirituelles et musicales qui se retrouve dans ses musiques de films. Comme celles de AMEN. (2000), Le couperet (2005) et Eden à l'Ouest (2009) de Costa-Gavras, du Concert (qui lui a valu le César de la meilleure musique de films en 2009) et de Va, vis et deviens (2006) de Radu Mihaileanu, de Hors-la-loi (2010) et Indigènes (2006) de Rachid Bouchareb, de La Faute à Fidel de Julie Gavras (2006), Le Premier Cri de Gilles de Maistre (2007), La jeune fille et les loups de Gilles Legrand, Sagan de Diane Kurys (2008) ou HOME de Yann Arthus-Bertrand (2009). Armand Amar vient de terminer les musiques du prochain film de Radu Mihaileanu La source des femmes, de Les hommes libres de Ismaël Ferroukhi, et de Tu seras mon fils de Gilles Legrand.

Armand Amar a fondé en 1994 le label Long Distance avec son complice Alain Weber et qui peut se prévaloir aujourd'hui d'une soixantaine de titres (musiques traditionnelles et classiques).
Les CDs de ses musiques à lui paraissent chez naïve, Long Distance, Universal et Sony.

Par ailleurs, le compositeur vient de créer, au Festival des musiques sacrées du monde de Fès, au Maroc, sa première oeuvre toute à lui, un "oratorio mundi" nommé Leylâ & Majnûn, d'après la légende du même nom, avec une quarantaine de chanteurs et musiciens de tout horizon.

Modifier ce wiki

Vous ne souhaitez plus voir de pub ? Abonnez-vous à Last.fm

API Calls