Write your "Ctrl + V"

 
  • Write your "Ctrl + V"

    Just paste what you got in or u have copied!

    Here we go...

    ‘Watch Out, There's a Last.fm About.’

    Let The Music Do The Talkin'.-
  • Save Your Day

    "welcome to the human race... you're a mess"
    • Libelul said...
    • User
    • 22 Jul 2008, 04:21
    Zeh soooong...

    -The Lib is here, ph33r me.
    • mat35 said...
    • User
    • 22 Jul 2008, 10:39
    that says something

    I was choking on a cornflake.
    You said have some toast instead.
    • SchWarG said...
    • User
    • 22 Jul 2008, 11:08
    GOD FUCKING DAMN LOOK AT THAT LASAGNA YOU FUCK

    THAT TOP LAYER OF MEAT IS BETTER THAN YOUR FUCKING LIFE WILL EVER BE. MMMM WAVY PASTA IS AS SEXY AS A HUNDRED NAKED BITCHES SUCKING ON THEIR TITS AND SHIT IT'S CUT INTO A PERFECT FUCKING SQUARE FOR YOUR HUNGRY ASS

    SON OF A COCK IS THAT LIKE THREE LAYERS OF CHEESE? FUCK
    RUB THAT SHIT ON YOUR DICK BEFORE YOU EAT IT DONT YOU WISH THIS SHIT WAS ALL UP IN YOUR MOUTH YEAH YOU BET YOUR SWEET TENDER-LOVING LEFT NUT YOU DO MOTHER FUCKER

    LOOK AT THAT SHIT IT'S CUT ITO A RECTANGLE IN CASE YOU WANT MORE YOU FAT SACK OF DIRTY PUSSY SHIT

    • Zerrick said...
    • User
    • 22 Jul 2008, 12:40
    3SZWCT8036105

  • Oh sweet baby Jesus on a pogo stick - my eyes! D:

    Do you serve a purpose, or purposely serve?
    • Zerrick said...
    • User
    • 23 Jul 2008, 17:02
  • Forgive me, oh mum and dad
    For the telecom sent the bill with wrath,
    But i believed that the call was short
    Let him who hasn't a girlfriend
    Go and call the number of the bitch
    Even if it is an expensive number, this number is 166 166 166

    I was alone, I took the phone,
    I needed time to think the number I saw on tv
    Who did I hear! can I believe
    A pack of horny lesbians howling back at me
    I've always thought, I've always dreamed
    Of magic whores to come and perform sodomy
    'Cos in my dreams, it's always there
    One dirty slut who takes my dick orgasming to despair

    Night was black and I wanted to fuck
    I've passed all night to see , Rocco's films on tv
    In Netherlands the whores are close at hand
    But in Italy, they're pretty hard to see

    166 the number of the bitch
    Hot chat line is going on tonight

    Mountain Biking!!! Because for football, basketball and tennis you only need one ball!
    • soma9 said...
    • User
    • 12 Oct 2008, 10:01
    Music you have in common includes Oasis, The Stone Roses, Led Zeppelin, The Rolling Stones and Pearl Jam.

    • Xodius said...
    • User
    • 16 Oct 2008, 20:10
    Good Apollo, I'm Burning Star IV, Volume One: From Fear Through The Eyes of Madness

  • Your musical compatibility with Crazy_Kate is Very Low

    Music you have in common includes Blink-182, Nirvana, Green Day, R.E.M. and Evanescence.

    I've got too much blood in my caffeine system....
    • Ogspog said...
    • User
    • 17 Oct 2008, 07:56
    • [Deleted user] said...
    • User
    • 17 Oct 2008, 08:35
    Your musical compatibility with bisa is Very Low

    Music you have in common includes Sarah Brightman, VNV Nation, Hannah Fury, Vangelis and Sarah McLachlan.

    • [Deleted user] said...
    • User
    • 17 Oct 2008, 08:41
    Un séminaire de l'équipe erssàb :
    Yves Charles Morin
    L’allongement non oxytonique en français au tournant du XXe siècle :
    le témoignage de Passy (1891)
    lundi 13 décembre 2004.
    Résumé :

    L’accent parisien au tournant du XXe siècle aurait eu tendance à se déplacer sur la pénultième, ou même encore plus avant dans le nom : « dans la prononciation parisienne, l’oxytonisme peut déjà être regardé comme un archaïsme » écrit Meyer-Lübke (1890 : § 609), qui observe aussi les « grands progrès » dans la même direction en Suisse romande. Ce genre de remarques a soulevé des discussions passionnées et il s’est fait un quasi-consensus pour dire que l’accent du français, au moins dans le « bon usage », s’était conservé sur la dernière syllabe des mots lexicaux (et s’entend quand ceux-ci apparaissent en fin d’un groupe d’intonation), mais qu’il existait aussi d’autres accents contrastifs, affectifs ou intellectuels pouvant aussi apparaître ailleurs, le plus souvent en début d’un mot lexical. L’impression qu’il y aurait eu un changement d’accentuation dans la norme viendrait de ce que les observateurs n’auraient pas toujours su distinguer les différents types d’accents. Ce n’est que dans la langue du « peuple » ou des « paysans » que l’on continuera à souligner des formes d’accentuation ne respectant pas le canon oxytonique du français de la norme (Passy 1891:10, Bauche 1920 : 57-59, Durand 1945 : 85, Fondet 1980 : 627).

    La durée vocalique est un des très traits les plus souvent associés à l’accentuation non oxytonique populaire ou paysanne. Or si l’on examine le dictionnaire phonétique de Michaelis et Passy (1897), on y observe de nombreuses voyelles longues en position pénultième, caractéristiques de l’accentuation populaire ou paysanne. Si Passy ne les reconnaît pas comme des voyelles accentuées dans son usage, c’est probablement parce que leurs durées lui semblaient moindres que dans ces autres usages. Il est probable cependant que les différences d’accentuation perçues entre les différents usages reflétaient plus le degré de durée vocalique que la nature même de l’accentuation.

    Dans cette présentation, j’examinerai exclusivement les sources des voyelles longues non pénultièmes dans la langue de Passy et plus particulièrement les mécanismes responsables de la généralisation distributionnelle de la durée que l’on peut y observer. On distingue trois types de voyelles longues non pénultièmes : (1) celles dont la durée est liée à des changements phonétiques réguliers, comme dans [gA>to] "gâteau" ou [pu>ri˘r] "pourrir", (2) celles qui résultent de la généralisation à certains dérivés de la durée présente dans le radical isolé, comme dans vivoter [vi>vçte] - dont la voyelle longue a été empruntée aux formes apparentées ayant un long comme vivre [vi˘v“] et (3) celles qui résultent d’une généralisation simplement distributionnelle, comme dans mari [ma>“i].

    Les généralisations paradigmatiques sont très problématiques pour les modèles théoriques qui exigent une séparation stricte entre un niveau de représentation phonologique composée d’unités distinctives (ou sous-spécifiées) et un niveau des représentations phonétiques précisant les détails allophoniques, si l’on admet aussi que les opérations morphologiques s’appliquent exclusivement au niveau des représentations phonologiques. En effet, la grande majorité des généralisations paradigmatiques attestées dans le parler de Passy a eu pour effet de généraliser des durées strictement allophoniques, comme la durée du de [vi˘v“], à des contextes où elle devient distinctive - comparer la forme analogique [vi>vçte] à [pivçte] "pivoter", par exemple. Ce qui devrait être absolument exclu dans ces modèles.

    Les généralisations distributionnelles - du type [ma“i] > [ma>“i] - présentent d’autres problèmes théoriques importants. On considère souvent qu’elles résultent de changements phonétiques variables - les voyelles pénultièmes de avarie, canari, mari, Marie, (il se) marie ou Paris ayant été affectées, mais non celles de carie, baril, (il) parie ou pari, qui apparaissent dans des contextes semblables. Ce changement s’observe essentiellement devant les consonnes ou groupes de consonne [“, v, v“, z, Z] suivies d’une voyelle, comme dans Illyrie [ili>“i], sévi [se>vi], phtisie [fti>zi], effigie [efi>Zi] et donne l’impression d’être une généralisation de la règle allophonique responsable de l’allongement des voyelles devant les mêmes consonnes en finale de mots. Kiparsky (1995) examine une généralisation distributionnelle de ce genre en anglais, qu’il interprète comme le résultat d’une simplification des contextes d’application d’une règle phonologique par généralisation des classes phonologiques naturelles auxquelles la règle s’applique. Une telle interprétation semble inapplicable au cas qui nous intéresse ; il faudrait au contraire envisager des analogies fondées sur la fréquence en type des modèles responsables de l’analogiques plutôt que sur les classes phonologiques naturelles.

    Référence :

    Bauche, Henri. 1920. Le langage populaire. Paris : Payot.

    Beyer, Franz. 1888. Französische Phonetik für Lehrer und Studierende. Cöthen : Otto Schulze.

    Boudreault, Marcel. 1968. Rythme et mélodie de la phrase parlée en France et au Québec. Québec : Presses de l’Université Laval.

    Carton, Fernand. 1979. L’accentuation dans le français dialectal du nord de la France. L’accent en français contemporain, éd. par Ivan Fonagy et Pierre R. Léon, 65-92. Montréal/Paris/Bruxelles : Didier.

    Durand, Marguerite. 1945. Quelques observations sur un exemple de parisien rural. Le français moderne 13.83-91.

    Fondet, Claire. 1980. Dialectologie de l’Essonne et de ses environs immédiats. Lille : Atelier de reproduction des thèses, Université de Lille III.

    Fónagy, Ivan. 1979. L’accent français : accent probabilitaire (dynamique d’un changement prosodique). L’accent en français contemporain, éd. par Ivan Fónagy et Pierre R. Léon, 123-233. Montréal/Paris/Bruxelles : Didier.

    Fouché, Pierre. 1935. La prononciation actuelle du français. Où en sont les études de français, éd. par Albert Dauzat, 15-34. Paris : Bibliothèque du « français moderne ».

    Fouché, Pierre. 1952. Phonétique historique du français, vol. 1 : Introduction. Paris : Klincksieck.

    Gadet, Françoise. 1992. Le français populaire, 2e éd. corrigée. Paris : PUF (Que sais-je ?).

    Gendron, Jean-Denis. 1966. Tendances phonétiques du français parlé au Canada. Paris/Québec : Klincksieck/Presses de l’Université Laval.

    Gill, André. 1936. Remarques sur l’accent tonique en français contemporain. Le français moderne 4.311-318.

    Koschwitz, Eduard. 1893. Les parlers parisiens : anthologie phonétique. Paris : Welter.

    Kiparsky, Paul. 1995. The phonological basis of sound change. The handbook of phonological theory, éd. par John Goldsmith, 640-670. Cambridge, MA / Oxford : Blackwell.

    Léon, Pierre R. et Monique Léon. 1979. Observations sur l’accent des français régionaux. L’accent en français contemporain, éd. par Ivan Fónagy et Pierre R. Léon, 93-106. Montréal/Paris/Bruxelles : Didier.

    Meyer-Lübke, Wilhelm. 1890. Grammatik der romanischen Sprachen, vol. 1. Lautlehre. Leipzig : Reisland.

    Meyer-Lübke, Wilhelm. 1890-1906. Grammaire des langues romanes. Paris ; Leipzig : H. Welter.

    Michaelis, Hermann et Paul Passy. 1897. Dictionnaire phonétique de la langue française. Hanover / Berlin : Carl Meyer.

    Passy, Paul. 1891. Patois de Sainte-Jamme (Seine-et-Oise). Revue des patois Gallo-romans. 4.7-16.

    Richter, Elise. 1933. Die Entwicklung des neuesten Französischen. Leipzig : Velhagen-Klasing, Bielefeld.

    Schuchardt, Hugo. 1880. Revue critique de Windisch : Irische Grammatik. Zeitschrift für romanische Philologie 4.124-155.

    Scoppa, abbé de. 1816. Des beautés poétiques de toutes les langues. Paris : Didot.

    Dans la même rubrique
    Pourquoi met-on une virgule devant et ?
    Aspects linguistiques des kango (lexique sino-japonais)
    Étude comparative des constructions du passé et du conditionnel dans les langues slaves
    Morphologie lexicale ? constructionnelle ? dérivationnelle ?
    Journées de la syntaxe : Ordre des mots dans la phrase française, positions et topologie
    Réflexions sur l’ordre des mots
    Les présuppositions obligatoires : contraintes discursives et pragmatiques
    Journées de linguistique anglaise

  • Porto Cristo, Spain

    P.S. 행복은 가장 가까운 곳에 있습니다...
  • you feel like a big marshmallow

    "welcome to the human race... you're a mess"
  • \o/

    I've got too much blood in my caffeine system....
  • 東京事変

    P.S. 행복은 가장 가까운 곳에 있습니다...
  • Youthanasia

    Gimme fuel
    Gimme fire
    Gimme that which I desire
  • beautiful mystical old school black metal that is the ideal soundtrack for porn movies and when the moon is fool there is sexing ajajgjajfasdadsad i love boobies asdfasdfasdfasdfasdf penis

    "The study of history is a powerful antidote to contemporary arrogance. It is humbling to discover how many of our glib assumptions, which seem to us novel and plausible, have been tested before, not once but many times and in innumerable guises; and discovered to be, at great human cost, wholly false." ~ Paul Johnson
    • korm said...
    • User
    • 19 Oct 2008, 12:32
    At the Drive-In

  • oh by the way, why do both men and women, when drinking - is it with only elderly? - that they must do it sideways?

    P.S. 행복은 가장 가까운 곳에 있습니다...
Anonymous users may not post messages. Please log in or create an account to post in the forums.