Chargement du lecteur...

Ignorer

As your browser speaks English, would you like to change your language to English? Or see other languages.

Biographie

The Smiths est un groupe de rock anglais créé en 1982 et séparé en 1987. C'était un quatuor musical de Manchester fondé autour de Johnny Marr (né le 31 octobre 1963) et de Steven Patrick Morrissey (né le 22 mai 1959), chanteur et parolier.

Morrissey et Marr (de son vrai nom Johnny Maher, mais il changea de nom pour ne pas être confondu avec le batteur des Buzzcocks) se sont rencontrés le 20 mai 1982 au domicile de Morrissey, à Stretford (384, Kings Road). Marr cherche alors depuis un certain nombre d'années un bon parolier, voire un chanteur, pour le groupe qu’il veut monter et se décide à rendre visite à Morrissey dont il connaît les textes de chansons par l'intermédiaire d'un ami, Billy Duffy (futur guitariste de The Cult), ancien membre d'un groupe dont Morrissey était le chanteur, The Nosebleeds. Morrissey lui présente quelques textes qu’il a écrit, dont Suffer Little Children (un texte trouble inspiré d’un fait divers sordide de meurtres d'enfants dont l’évocation était à l’époque tabou à Manchester).

Le duo s’étoffe bientôt d’un bassiste, Andy Rourke, un copain d’école de Johnny Marr, et d’un batteur, Mick Joyce, issu de la scène punk (Victim, The Hoax). Le nouveau groupe s’appellera The Smiths. « Tous les groupes de l’époque avaient des noms de quinze syllabes. Nous, on voulait seulement être normaux » (Johnny Marr).

Morrissey s’improvisant chanteur, le quatuor se produit pour la première fois en public au Manchester Ritz le 4 octobre 1982. Leur premier single, Hand in Glove (de connivence) publié en mai 1983 sur le label indépendant Rough Trade, fascine le public. Il est suivi d’un autre grand succès, This Charming Man, en novembre 1983. En février 1984, leur premier album, simplement baptisé The Smiths, se vend à 300 000 exemplaires, prenant la seconde place des charts britanniques.

The Smiths incarne clairement le nouvel esprit des années 1980 anti-establishment « post-punk », méprisant les clips vidéo, les synthétiseurs et les États-Unis. Élu meilleur groupe de l’année 1984 au Royaume-Uni, et Morrissey meilleur interprète (un comble pour un autodidacte), le groupe tourne beaucoup au Royaume-Uni mais rarement en Europe (les concerts à Paris en mai 1984, à l’Eldorado, puis à Versailles, en décembre de la même année, seront les seules dates françaises dans l’histoire des Smiths).

En 1985, le groupe publie un nouvel opus, Meat is Murder. Un troisième album voit le jour en 1986, The Queen Is Dead, véritable chef-d’œuvre qui fera l’objet d’un album-hommage dix ans plus tard (The Smiths is dead, une initiative du magazine Les Inrockuptibles).

Fin 1986, le groupe change de label et rejoint EMI. Mais pour EMI, le début de l’année 1987 s’annonce fort mal. Les Smiths sortent bien deux nouveaux singles (Shoplifters of the World, Unite en janvier, Sheila Take a Bow en avril), se produisent au Festival de San Remo en mai, mais il semble que Johnny Marr soit déjà ailleurs. Le guitariste se sent étouffé dans un groupe désormais focalisé autour de la personnalité de Morrissey. Son enthousiasme pour la dance music, l’électro ne trouve pas de terrain d’expression : « Les Smiths étaient devenus un genre de club où toutes nouvelles influences étaient déconsidérées, voire taboues » confiera t'il à Johnny Rogan pour son livre sur les Smiths Morrissey and Marr, the Severed Alliance (1992). Le 8 août 1987, Johnny Marr annonce qu’il quitte le groupe en adressant un message au NME : « Ce qui par le passé me rendait heureux me rend malheureux, j’ai dû m’en aller ». C’est donc à titre « posthume » que sort le 12 septembre 1987, Strangeways, here we come. Ironiquement, cet album fut le plus sombre que les Smiths n’aient jamais enregistré (voire le meilleur, d'après Morrissey). En guise d'épitaphe, le groupe décidera d'un commun accord de sortir un album live Rank (1988) tiré d'un concert donné au National Ballroom de Kilburn le 23 octobre 1986.

Le groupe se sépare l’année suivante après le départ de Johnny Marr, qui accompagnera différentes formations pendant les deux années suivantes (Midge Ure, Kirsty McColl, The Pretenders, Talking Heads, Pet Shop Boys) avant de rejoindre The The (album Mind Bomb en 1989, Dusk en 1993) puis de fonder le groupe Electronic avec Bernard Sumner, musicien des groupes Joy Division et New Order, et Neil Tennant, membre du groupe Pet Shop Boys. Le single Getting away with it sera un succès. Première tentative en tant que chanteur sous le nom de Johnny and the Healers avec l’album Boomslang en février 2004 (concert parisien au Trabendo le 28 mars 2004). Johnny Marr s'est illustré début 2006 en prenant en charge les arrangements sonores de l'album Fictions de Jane Birkin. Il a ensuite rejoint le groupe Modest Mouse dont il a composé certains morceaux de l'album We Were Dead Before the Ship Even Sank. En 2008, il rejoint les frères Jarman et The Cribs, avec lesquels il participe à l'enregistrement de l'album "Ignore the ignorant" sorti en 2009.

Morrissey accuse difficilement le coup mais, avec Stephen Street, producteur des Smiths, comme nouveau compositeur et le remarquable musicien Vini Reilly du groupe The Durutti Column comme guitariste, entame une carrière solo dès le printemps 1988 en sortant le très bon album Viva Hate qui sonne très « Smiths » (et d’où sont tirés les singles Suedehead et Everyday is like sunday). L’album suivant, en 1991, Kill Uncle (plaidoyer anti-américain), enregistré avec le guitariste Mark E. Nevin du groupe Fairground Attraction, est mal accueilli et il semble bien que la carrière de Morrissey soit derrière lui. À la même époque, Andy Rourke et Mike Joyce attaquent Morrissey et Marr arguant qu’ils ne touchaient que 10 % des gains chacun, contre 40 % à chaque compositeur (ils auront finalement gain de cause). Mais avec Your Arsenal, aux tonalités très rockabilly (merci Alan Whyte, guitariste et co-auteur) et glam-rock (merci Mick Ronson, ex-guitariste de David Bowie dans la première partie des années 70 à l'époque de Ziggy Stardust, et producteur de l'album), Morrissey revient au premier plan (I know it’s gonna happen someday sera même repris par David Bowie). En 1994, le succès est à nouveau au rendez-vous avec Vauxhall and I et le single Interlude enregistré en duo avec la chanteuse Siouxsie de Siouxsie and the Banshees. Les deux albums suivants, injustement mal aimés, Southpaw Grammar (sur DECA) et Maladjusted (sur Island) sont des (très relatifs) échecs commerciaux, la veine créative de Morrissey semblant tarie selon certains journalistes. 2004 : tel le Phénix renaissant de ses cendres, Morrissey, désormais installé à Los Angeles, réussit un brillant come-back avec l’album You Are the Quarry sur le label Sanctuary Records. Un live Morrissey Live at Earls Court est paru début 2005, reprenant des titres des Smiths et de sa carrière solo. Enfin, un nouvel album, Ringleader Of The Tormentors (avec la participation de Tony Visconti (Bowie,T-rex,The Sparks,Rita Mitsouko) et d'Ennio Morricone, est sorti le 4 avril 2006. De récurrentes rumeurs ont fait courir le bruit qu'il aurait pu concourir au concours de l'Eurovision 2007 pour "relever le niveau" de l'Angleterre suite aux différents échecs du pays à ce concours. Il n'en a finalement rien été pour des raisons qui restent inconnues. Début octobre 2007, le chanteur a annoncé qu'il allait rentrer en studio pour enregistrer un nouvel album dont la sortie est prévue au cours de l'année 2008. C'est finalement en février 2009 que sort ce nouvel opus intitulé Years of refusal, avec pour premier single extrait le brillant I'm throwing my arms around Paris.

Modifier ce wiki

API Calls