Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

Voyage dans la Szene berlinoise.


Patrick Rasmussen, a.k.a. Raz Ohara, danois d’originie, est arrivé à Berlin à 18 ans, en 1994. Sa première chambre se situe au dessus d’un club de Jazz qu’il fréquente tout les soirs, s’imprégnant ainsi de la musique, du public, de l’atmosphère. En 1999, il sort son premier LP orienté électro easy listening « Real Time Voyeur ». L’album est diffusé par Kitty-Yo, label berlinois qui a révélé Peaches. A la même époque, il joue dans un groupe d’electro-soul-breakbeat, The Nightline City Cruisers. Au sein du combo, Raz chante, tandis que Dr Phelbs joue de la basse, Robert Defcon mix et un jeune canadien, répondant au patronyme de Wolf, tient les clavier. Wolf est aujourd’hui mieux connu sous le nom de Gonzales. Le quartet se produit en jam session au club Maria. Raz Ohara évoque avec une certaine nostalgie non cachée ces années là : « On faisait des bœufs, encore et encore… Les gens dansaient encore et encore… On fumait et on buvait jusqu’au petit matin. Je venais juste d’entrer dans la vingtaine. C’était mon « swinging Berlin ». Après un deuxième album en 2001, The Last Legend , Raz Hohara collabore avec le DJ Alexander Kowalski. Le duo se fait connaître avec les tubes « Hot Spot » et All I Got To Know et entame la tournée des club dont Leur première date était au célèbre Ostclub (actuellement le Bergheim). « C’était un nouveau monde pour moi. J’avais jamais vu un truc pareil… Le public était très agréable. En soi c’était une nouvelle expérience de Berlin pour moi » confesse le Danois.

n 2007, le grand public découvre Raz Ohara lorsqu’il pose sa voix sur l’envoutant album Wall d’Apparat. Malgré son hyperactivité, Raz Ohara est toujours à la recherche de ce petit quelque chose qui lui permettra de s’accomplir musicalement. Cette étincelle qui enflammera ses chansons, il va la trouver chez le belge Oliver Doerell. Raz l’avait entendu jouer et se souvient comment sa musique l’avait immédiatement ému et inspiré : « J’étais assis là, espérant pouvoir faire de la musique comme lui. Finalement je lui ai couru après, dans la rue, on a parlé un peu et fixé un rencart ». Raz Ohara trouve finalement en Oliver Doerell la pièce manquante de son Art. Ce nouveau compagnon de jeu devient alors « The Odd Orchestra ». Le processus de composition des deux compères est basé sur l’embellissement. Raz compose des esquisses de chansons qu’il donne ensuite à Oliver Doerell. Ce dernier rajoute ses propres touches pour compléter le tableaux. En 2008, Raz Ohara And The Odd Orchestra sortent un premier LP éponyme. L’album est une petite merveille d’electro-pop-folk. La mention spéciale revient à Kisses chanson délicate à la saveur aigre-douce.

Exquis cadavre exquis.

Pour leur deuxième opus, le groupe a conservé le principe du cadavre exquis, mais en rajoutant une tierce personne, Tom Kimi. Raz Ohara compose les rythmes pour imposer un certain tempo puis il appose quelques accords de guitare acoustique ou une ligne de basse. Ensuite, Tom Krimi improvise par dessus à l’aide de sa guitare électrique et d’une loop-machine. Enfin, Raz et son complice Oliver Doerell fignolent chaque morceaux par de légers arrangements afin de donner la touche « Odd Orchestra ».

Le vivant The Burning (Desire) est emmené par une batterie jazzy, une double couche de basse, plusieurs voix combinées de Raz et quelques effets électro. Losing My Names est une jolie ballade aux guitares psychédéliques. Varsha est une magnifique ritournelle où joie et tristesse se mélange. Kingdom avec son xylophone et ses samples déstructurés nous emmène dans un dédale obscure. La force de Raz Ohara And The Odd Orchestra est la fausse simplicité de leur musique. Malgré de nombreux et savant arrangement, chaque titre est léger comme une plume. On retrouve la voix du Danois : chaude, mélancolique, se balançant constamment entre joie et tristesse. « II » est un album expérimental, sentimental et organique qui rallongera les trop courtes journées d’hiver.

Modifier ce wiki

Vous ne souhaitez plus voir de pub ? Abonnez-vous à Last.fm

API Calls