Accéder à la
vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Ignorer

As your browser speaks English, would you like to change your language to English? Or see other languages.

Biographie

Si vous êtes amateurs de musique extrême, de cônes glacés et que vous considérez que manger un sorbet est le plus grand bonheur de l’été, "Ice-cream Spiritual" de Ponytail devrait vous ravir. D’ailleurs, le disque est facile à chroniquer. Ici pas de paroles métaphysiques, écrites par un poète, pas de mélodies subtiles et délicates, mais une furie totale, entièrement vouée au culte du n’importe quoi, plus fort, plus dur, plus vite.

L’album précédent de ce jeune groupe excessif venu de Baltimore avait eu le bon goût de s’intituler "Kamehameha", en référence à Dragon Ball, et montrait déjà un penchant certain pour le chaos coloré, quelque part entre Deerhoof, The Go ! Team ou Polysics. Les voici qui reviennent aujourd’hui, avec le très pop/punk Ice Cream Spiritual où ils crient, toutes guitares déployées qu’il faut célébrer le corps électrique (Celebrate the body electric ) que l’homme a 7 âmes (7 souls) et qu’un déluge rose fuchsia va s’abattre sur le monde (Beg Waves).

Les plus grincheux peuvent bien répliquer que Ponytail, ce n’est que du bruit, que Molly Sigel est une hurleuse, que les morceaux se ressemblent, que ce n’est pas de la musique, ou que leur gosses en font autant. Et bien je leur réponds que leur gosse en fassent autant, ça sera vraiment merveilleux.
Car, bien que Ponytail soit inaudible, bordélique comme une chambre d’ado, il n’en reste pas moins que ce disque est grand et qu'écouter chaque matin Ice-Cream Spiritual, dans le RER, vous réveillera en fanfare, ce qui vous vaudra une augmentation pour gain de productivité. Ponytail, c'est plus de dynamisme au bureau ! Du rock pour vos plantes vertes. Ne pas dépasser la dose prescrite.

Modifier ce wiki

API Calls