Une nouvelle version de Last.fm est disponible. Pour que tout fonctionne correctement, veuillez rafraîchir le site.

Biographie

COMPOSITION

* Chant : Gara
* Guitare : Yuu
* Guitare : kenichi
* Basse : Tetsu
* Batterie : Nero

BIOGRAPHIE
Leur histoire débute en 2001 lorsque s'achève la vie de plusieurs groupes. Tout d'abord After effect où l'on retrouvait Gara (chant) et Nero (batterie), ensuite Shiver avec Yu et Tetsu d'ACID. Kenichi lui vient de quitter Syndrome (l'ancien groupe de Kisaki) en juin. Ainsi, ils se retrouvent tous pour fonder Merry un groupe au logo de mouton énervé.

Dès le mois d'octobre, ils frappent très fort en offrant lors des concerts un MD contenant deux titres. Mais quels titres ! Avec Rojiura Elegy et Binibon nichoume yachiyokan, ils posent tout de suite les bases de leur style. Ce sera punk, jazzy et mélodieux. A l'époque, peu de groupes s'intéressent à ce genre. Il faudra attendre Baroque avec leur Tokyo Strippers pour voir d'autres musiciens suivrent le mouvement mais notre quintet avait déjà vu le vent venir.

Il faudra pourtant attendre le 28 janvier 2002 pour un premier concert officiel et février pour la sortie d'un premier maxi single : Haikarasan ga tooru. On retrouve le titre Rojiura Elegy, mais aussi les très fameuses Tic Tac et Violet Harenchi. A l'automne sortent deux maxi singles : Koseiha Blend ~Tasogare-hen~ et Koseiha Blend ~Junjou Jounetsu-hen~.
Merry se détachent de part leur musique, mais aussi leur look. Sobrement vêtus, ils optent pour des costumes noirs et des chemises blanches. Le maquillage est, quant à lui, très léger et un peu à la MUCC.
Ils sont d'ailleurs très vite catalogués comme faisant partie du mouvement « angura kei » (underground kei) voir « eroguro kei » (mouvement eroguro), à cause de leurs tenues et mais aussi à cause des illustrations utilisées pour leurs pochettes de CD. Eux parle plutôt de « Shock rock » (comme MUCC). Pesonnellement, j'aurais plus tendance à les mettre toujours dans « visual kei » puisqu'ils profitent avant tout de ce mouvement pour grandir et vendre !
C'est très certainement un sujet de controverse entre les fans, mais qu'importe au fond, pourvu que la musique soit bonne.

Et elle l'est ! Ca marche d'ailleurs très bien pour eux. Au mois de mars 2002, moins d'un an après leur création, ils effectuent leur premier concert, en « one man » (c'est à dire seul) dans la salle mythique de Meguro : le Rock may kan. Elle a vu défiler tous les plus grands groupes comme Dir en grey, X Japan ou LUNA SEA. Elle est pourtant très petite (250 places environ) mais c'est toujours un honneur d'y user ses fonds de pantalons !

Leur prestation scénique est originale, dirons-nous. Avec des vidéos de strip-teaseuse et des lancés de petites culottes en dentelle ou de papier toilette dans le public
Et surtout ce qui perdura jusqu'à aujourd'hui le décor de scène de Gara, à savoir un bureau d'écolier sur lequel il appuie son pied quand il chante. Son jeu de scène est assez inspiré de Kyo (Dir en grey) et Kiyoharu (ex. Kuroyume), ce dernier ne doit pas lui en tenir rigueur car ils sont amis dans la vie. On a pu voir aussi une photo d'un des dessins représentant les membres de Merry dans un des photos book de Dir…

Le groupe enchaîne les concerts avec MUCC, deadman entre autres et prépare surtout son premier album, Gendai Stoic, qui sort en avril 2003. Il reprend quelques anciens titres mais pour ce qui est des nouveautés, elles restent dans la lignée des maxi singles. Notez que l'album sera épuisé par simple réservation et qu'ils devront sortir une seconde presse un mois plus tard.

Le groupe se fait de plus en plus présent dans les magazines, leurs concerts souvent complets. Les salles sont aussi beaucoup plus grandes avec le fameux Shibuya kokaido de plus de 2000 places.
En 2004, nous n'aurons droit qu'à deux maxi singles : Japanese modernist / R-246 et Tamerai shuffle / TOP. De très bonne qualité ils ne font que confirmer, s'il en était encore indispensable, que le groupe fait partie des grands ! Cependant, Merry prend son temps pour composer, deux maxi c'est bien peu mais le groupe est sur les routes allant de ville en ville pour toujours plus de concerts.

D'ailleurs à cette époque, on attend surtout un éventuel passage major.
Il faudra attendre mars 2005 pour voir la sortie du nouveau maxi single : Sakashima end roll ~phantom of the gallery~ comportant un important DVD de 11 pistes ! C'est une idée assez surprenante, mais ma foi assez originale.
En guise d'adieu à leur statut de groupe « indépendant », ils sortent une compile de leurs meilleurs titres réenregistrés et/ou remixés : Koseiha Blend Classic ~OLDIES TRACKS~. On aime ou on aime pas les changements apportés aux chansons, mais c'est tout de même une très bonne initiative surtout si l'on ne veut pas acheter 36 maxi singles.

Enfin la bonne nouvelle tombe au mois d'avril 2004 : Merry signe chez Victor Entertainment et débutera sa carrière major. Forcément, on se pose toujours la question : Vont-ils changer de style ? Et bien leur premier album sorti en septembre : nu chemical rhetoric est dans la droite lignée de ce que nous avait donné à écouter le groupe jusque là. C'est d'ailleurs une très, très bonne surprise. Aucun titre n'est à jeter, punk énervé, flirtant avec le ska par moment, avec toujours cette touche jazzy qui leur va si bien. C'est pour moi l'un des meilleurs album de l'année 2005 !

Pour fêter leur passage chez les « grands » Merry s'offre en septembre l'Hibiya yagai ongakudo, une salle à ciel ouvert très connue à Tokyo. Le concert est vite complet et pour tout ceux qui n'auraient pu avoir la chance y participer le DVD sortira au mois de décembre 2005 : nu ChemicalTrick - first cut -. Et il vaut sacrément le coup de s'y arrêter !
Autre grand moment pour le groupe, ils feront la première partie au Japon du groupe américain WEDNESDAY 13 dans deux salles à Osaka et à Daikanyama.

Merry continue donc sa route, avec des titres toujours de qualité. Musicalement et esthétiquement le groupe a assez peu changé depuis ses débuts. Si on se fait vite à la voix de Gara (qui est particulière, mais n'est-ce pas la marque de fabrique des groupes japonais ?) on entre très vite dans un univers sombre, mais toujours mélodieux et entraînant. Les clips sont, quant à eux, dans le même ton sombre, mais pas malsain, toujours propres et léchés.

Peu connus encore en France, il serait bête de passer à côté d'une aussi bonne formation surtout que leur album nu chemical rhetoric sera disponible en Europe l'année prochaine grâce au label allemand Gan-shin.

Modifier ce wiki

Vous ne souhaitez plus voir de pub ? Abonnez-vous à Last.fm

API Calls