Accéder à la
vidéo YouTube

Chargement du lecteur...

Ignorer

As your browser speaks English, would you like to change your language to English? Or see other languages.

Biographie

L’histoire de Bambu Station démarre en 1996 lorsque Jalani Horton décide de fonder le Bambu Station Band. Un groupe ou serait créer de musiques des chansons pour aider les gens à se sortir de leurs difficultés du quotidien, qui aurait un impact positif sur la vie des gens. Le groupe donc emmené par Jalani Horton de St Thomas comme Niyorah, avec pour membre Tuff Lion, Warren Pedersen II, Andy Llanos.

Leur premier album sort en 1999, Cogo moon, pratiquement inconnu ou il est très compliqué de trouver les musiques. (ici on peut), l’album n’a rien d’impressionnant, il en est même lassant. Il n’y pas à vrai dire de morceaux de tête, c’est un EP de 9 chansons agréable à écouter mais sans plus.

Bambu Station sort du lot en 2000 grâce à l’enregistrement du titre Amadou Diallo qui rend hommage à un jeune afro-américain battu à mort à NYC, sombre histoire. On retrouve le titre sur leur album One day sorti en 2003 du label Mt nebo. Cet album la lance le groupe dans le grand bain, il est mieux construit, plus mature, les chansons sont plus prenante, la musique est belle et entraînante, envoûtante comme sur le titre Gunsmoke qui parle de la nuisance des armes dans notre société. L’album est composé de 13 titres tous plus beaux les uns que les autres néanmoins, il est vrai que le groupe à une musique qui n’est pas accessible à toutes les oreilles, il faut rentrer dans le jeu du band, leur sagesse, leur grandeur. Ils créent un roots profond semblable au roots de midnite. L’album continue sur le man in Exile ou on ressent la puissance de Tuff lion à chaque note de sa guitare. La chanson eyes of a men se veut féministe dénonçant le peu d’importance qu’on les femmes face aux hommes. La chanson Amadou Diallo vous prend les tripes lorsqu’on connaît l’histoire sordide de ce jeune homme Afro Américain, la voix de Jalani Horton résonne ainsi que la guitare accoustique de Tuff lion, belle et mélancolique.

En 2006 sort l’album Break the soil, une merveille, la c’est 14 chansons qui vous explosent les oreilles, c’est une pépite de roots reggae,on commence par l’hypnotisant Brotherhood qui laisse la place à Beloved people, fascinant, qui captive, ou la magie de la poésie de Horton vous charme et vous entraîne sur l’ensorcelant Sense enemy, le refrain vous enfonce un peu plus dans le canapé, la magie opère et ce n’est pas fini car on arrive sur le duo avec Reemah, chance to Grow qui devient un Tube, le mélange de la voix chaude de la chanteuse avec la poésie de Jalani est indescriptible on est capturé, emprisonné dans l’alchimie des deux artistes et on n’est qu’à la 5 ème chanson de l’album.

La première fois que j’ai écouter Bird’s eye view, ça a été une libération, j’étais entraîné dans une spirale, ma tête ne cessait de bouger, de suivre ce riddim enivrant ou la musique, les instruments se mélangeaient, la guitare, le piano, le Saxophone…Je me suis vu volé, emporté comme par un sortilège, dansant sur un nuage…lorsque les premières notes de Jalani Horton viennent accompagné les instruments on se s’arrêtera pas pendant 5 minutes de sourire. Si il y avait une musique reggae/roots à retenir ce serait celle ci.

Modifier ce wiki

API Calls